Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

INSTITUT de  PSYCHANIMIE

 

Unité   de   Bonne   Volonté   Mondiale    Genève

Titres des dossiers

1.- L'Oeuvre du Maitre Tibétain

2.- Nouvel Ordre Mondial ou Nouvelle UNITE.

3.- La Mort, la grande aventure.

4.- Shamballa

5.- Le Plan pour l'Humanité

6.- Corps éthérique & évolution

7.- Cycles & Eres : entre mythes & réalités.

8.- Invocations

Fête du Wesak

'PONDER  ON  THIS'  présentation de l'enseignement du Tibétain via Alice Bailey part   1 & 2

1.LE TRAVAIL DU MAÎTRE TIBÉTAIN

  

 

Base et cadre du travail du Maître Djwhal Khul avec Alice Bailey 

http://www.lucistrust.org


 

LA HIÉRARCHIE, LE CENTRE CARDIAQUE PLANÉTAIRE.

Le travail du Maître Tibétain avec Alice Bailey (et avant elle, avec H.P. Blavatsky) fut le résultat direct d'une réorganisation qui eut lieu au sein de la Hiérarchie spirituelle au cours de la dernière centaine d'années.

Cette réorganisation a été une des parties essentielles d'un ajustement et de nouvelles relations entre les divers règnes planétaires, et en particulier entre Shamballa, la Hiérarchie et l'Humanité; cette réorganisation était due surtout à la réponse toute prête et inattendue de l'humanité à une stimulation spirituelle délibérement appliquée.

Un des effets les plus importants du processus de réorganisation, parallèlement à l'alignement plus étroit entre les trois grands centres planétaires, a été la manifestation d'une nouvelle force d'intégration que chaque ashram continue à focaliser et à exprimer un aspect spécifique du Plan et du Dessein, conformément au rayon d'énergie impliqué (un des sept rayons), l'ancienne ligne de démarcation disparaît et la Hiérarchie commence à fonctionner d'une façon plus réaliste en tant que "le grand Ashram de Sanat Kumara, avec le Christ se tenant au coeur de l'Ashram".

Cela veut dire, entre autres choses, une coopération et une coordination plus grandes dans les fonctions et les responsabilités ashramiques, et la possibilité d'un travail plus étroit impliquant des activités combinées et une action partagée.

Vers la fin du dix-neuvième siècle, le Maître Djwhal Khul, Chef d'un des ashrams subsidiaires au sein de l'ashram de second rayon du Maître K.H., accepta la responsabilité de présenter une série de trois nouvelles interprétations de la Sagesse Éternelle, un enseignement destiné "à précéder et conditionner le nouvel âge". Il a entrepris cette tâche, non pas en qualité de Chef de l'ashram du second rayon, mais comme représentant de toute la Hiérarchie amalgamée et fusionnée en un seul organisme spirituel, le centre cardiaque planétaire.

Le travail et l'enseignement actuels de D.K. sont donc hiérarchiques dans leur origine et dans leur portée.

Il a également entrepris la tâche de former comme disciples de nombreux aspirants affiliés aux divers ashrams de rayon, soulageant ainsi les Maîtres ayant la charge de ce travail indispensable, leur permettant d'entreprendre d'autres activités d'importance hiérarchique vitale au cours de ces années de préparation en vue de l'extériorisation des ashrams et du retour du Christ.

L'ENSEIGNEMENT PROJETÉ PAR LA HIÉRARCHIE.

La première des trois interprétations de l'enseignement de la Sagesse Éternelle projetées par la Hiérarchie et confiées aux Maître Tibétain, fut donnée au monde par l'intermédiaire de H.P. Blavatsky entre les années 1875 et 1890, soit pendant quinze années. D.K. l'appela "la phase préparatoire de l'enseignement". La deuxième interprétation fut donnée au cours d'une période de trente années par Alice Bailey, de 1919 à 1949. La troisième et finale interprétation de la série sera donnée au début du siècle prochain par l'intermédiaire d'un initié qui y sera préparé. Il ajoute "cette série de traités qui établissent un pont entre la connaissance matérielle de l'homme et la science des initiés comprendra encore une autre phase".

Il dit aussi, d'une façon catégorique, que la tâche de ceux qui acceptent l'enseignement et s'efforcent de l'utiliser de façon créatrice devra pour le reste de ce siècle être "consacrée à rebâtir le sanctuaire vivant de l'homme, à reconstruire la forme de vie de l'humanité, à reconstituer la nouvelle civilisation sur les fondations de l'ancienne et à réorganiser les structures de la pensée et de la politique mondiales. Alors, et alors seulement, sera-t-il possible de poursuivre plus avant la révélation".

Parmi cette série d'enseignements et de "révélations", D.K. a également prédit une forme d'enseignement révélateur, apparaissant après 1975, donné par la radio à une échelle mondiale et certainement aussi par la télévision, ( et certainement aussi par Internet! Note du webmaster). C'est évidemment là le développement étendu d'une interprétation des enseignements existant déjà, accompagné de suggestions en vue de son application aux problèmes actuels du monde et des hommes, et en outre la nouvelle distribution des ressources mondiales, ce qui est du reste le but poursuivi. Ce travail a déjà commencé; il augmente en force et en influence.

LE TRAVAIL DU TIBÉTAIN AVEC ALICE BAILEY.

Avant de vraiment commencer à travailler avec Alice Bailey, il planifia soigneusement les phases du travail, sont déroulement et les résultats attendus. Il divisa l'enseignement en trois phases distinctes ayant chacune des périodes de dix années.

  • Pendant la première décennie, et comme résultat de la publication des premiers ouvrages, il devait découvrir le noyau de personnes par l'intermédiaire desquelles il pouvait travailler. C'est pendant cette décennie que Alice Bailey créa l'école Arcane qui constituait le service qu'elle rendait personnellement à l'ashram de son Maître. D.K. n'a, à l'égard de l'École Arcane, aucune responsabilité; il n'a jamais supervisé ou influencé l'École Arcane. Mais il s'en est servi pour les besoins de son service une fois que cette École eût démontré sa valeur en fournissant un corps de travailleurs qui étaient formés en vue d'appliquer le Plan et de préparer le retour du Christ.
  • Pendant la deuxième décennie, comme le nombre des ouvrages augmentait et que ceux-ci se répendaient à travers le mondes, les contacts devenaient de plus en plus nombreux et le Tibétain parvenait à son objectif qui était d'annoncer publiquement l'existance du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, un groupe mondial uni subjectivement et utilisant l'École Arcane, recruté dans toutes les races, toutes les nations, toutes les religions, toutes les cultures de tous les niveaux sociaux. C'est également pendant cette décennie et en utilisant l'École Arcane qu'il ancra les activités de service des Triangles et de la Bonne Volonté Mondiale. Ces deux sortes d'activités sont de nature hiérarchique et visent à vitaliser et relier les membres du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde et "à établir le noyau d'une vaste synthèse".
  • Dans la période finale de dix années, la série des ouvrages a été terminée, accompagnée d'une insistance particulière, pendant les cinq dernières années, sur le retour du Christ et sur le travail de préparation en vue de ce retour. Ce fait a été annoncé et rendu public et le Christ a été dépeint tel qu'Il est, en tant qu'Instructeur Mondial, comme le Chef de la Hiérarchie Spirituelle et "comme cette grande Individualité dans toute les religions du mondes".

DEUX IDÉES IMPORTANTES.

Le Maître Tibétain a déclaré qu'Il était responsable vis-à-vis de la Hiérarchie de l'obligation d'attirer l'attention de l'humanité en tous lieux sur deux idées principales. Ce sont : D'abord, l'annonce de l'existence du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde en tant que groupe actif de travailleurs opérant comme intermédiaire entre l'humanité et la Hiérarchie spirituelle; et ensuite, la déclaration relative à la fois au retour du Christ et au travail immédiat de préparation.

D.K. ajoute ce commentaire : "Cela constitue de loin les aspects les plus importants du travail que j'ai fait au service de la Hiérarchie. Tout le reste, comparé à ces deux déclarations d'un fait spirituel, est d'une importance secondaire".

En ce qui concerne la fonction du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, on nous dit que "tous les disciples et les initiés sont actuellement membres de ce groupe qui est le point central du présent effort fait par la Hiérarchie". A travers lui, l'énergie spirituelle de cinq ashrams s'écoule :

  1. L'ashram du Maître K.H., particulièrement en ce qui concerne le travail d'éducation,
  2. l'ashram du Maître D.K., particulièrement en ce qui concerne les aspirants à l'initiation,
  3. l'ashram du Maître R., particulièrement en ce qui concerne la réorganisation et la reconstruction de l'Europe, spécialement de point de vue économie,
  4. l'ashram du Maître Morya, qui recherche, influence et dirige les activités sur le plan politique à travers toute la planète,
  5. l'ashram du Maître Hilarion, qui supervise les découvertes (et leur utilisation) dans les activités scientifiques du monde.

LES "TOUTES NOUVELLES VÉRITÉS" DANS L'ENSEIGNEMENT DU TIBÉTAIN.

Le Tibétain nous donne en détail ce qu'Il considère comme étant les "toutes nouvelles vérités" dont il a pris la responsbilité dans les enseignements. Il en fait la liste suivante :

  1. L'enseignement concernant Shamballa, y compris :
    1. la nature de l'aspect volonté,
    2. les desseins sous-jacents de Sanat Kumara,
    3. la construction de l'antahkarana, la première étape vers la conscience monadique.
  2. L'enseignement relatif au nouveau discipulat, y compris :
    1. la nouvelle attitude des Maîtres à l'égard de leurs disciples,
    2. les informations relatives à la constitution de la Hiérarchie, avec ses divers ashrams, en sa qualité d'ashram de Sanat Kumara,
    3. le nouveau type de méditation qui met l'accent sur la visualisation et l'utilisation de l'imagination créatrice, avec la note-clé de la fusion de groupe et de service.
  3. L'enseignement sur les Sept Rayons, mettant l'accent sur l'angle psychologique, car la nouvelle psychologie est en voie de création. Si l'enseignement ésotérique doit finalement devenir public et être ainsi présenté, il sera donné comme l'est la psychologie car l'ésotérisme concerne l'aspect conscience de l'homme et de Dieu.
  4. L'enseignement relatif à la nouvelle Astrologie, qui founit assez d'informations pour établir sur une base solide l'astrologie qui vient.
  5. L'information relative au Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde :
    1. la reconnaissance du Nouveau Groupe comme étant l'intermédaire entre la Hiérarchie et l'Humanité,
    2. la nature de leur travail, comment il influence l'âme humaine et, au moyen des hommes et des femmes de bonne volonté, détermine la période dans laquelle nous vivons,
    3. le travail des Triangles qui comprent le réseau de lumière et de bonne volonté opérant comme un canal de communication entre la Hiérarchie et l'humanité.
  6. La tentative faite en vue de former une branche exotérique de l'Ashram intérieur. Les instructions données à ce groupe sont publiés dans les deux volumes du "Discipulat dans le Nouvel Age".
  7. L'enseignement relatif à la nouvelle religion mondiale. Il met l'accent sur les trois grands festivals spirituels pendant les périodes de pleine lune du Bélier, du Taureau et des Gémeaux, et aussi sur les neuf festivals mineurs. Le travail de méditation de pleine lune est donc d'une importance particulière. il établit un rapport entre le travail du Christ et le Bouddha, donnant ainsi plus d'ampleur à l'aspiration humaine.

Le Tibétain a demandé qu'on fasse "une étude soigneuse de ces trois mots" qui indiquent la direction à donner au travail qui doit s'étendre au cours des années à venir. Il considère cette importante instruction comme étant le "squelette du travail que je désire voir accomplir". (On trouve cette instruction dans "Les Rayons et les Initiations", p. 251/255)

En établissant la liste de ces points d'importance essentielle dans l'enseignement, le Maître Tibétain a de nouveau démontré le caractère Hiérarchique de sa mission lorsqu'il accepta de prendre la responsabilité de ce travail. L'ashram de deuxième rayon de D.K. a la responsabilité d'autres aspects dans le développement du Plan et l'impression de la conscience humaine. Il sera l'un des membres de la Hiérarchie qui "extériorisera" un travail bien déterminé dans la forme physique et s'en chargera. Il nous dit que sont intérêt principal sera la "guérison" et les divers aspects du développement éthérique. Toutefois, ces intérêts ashramiques ne sont pas inclus dans son évaluation des "toutes nouvelles vérités contenues dans son travail avec Alice Bailey".

 

LE SEPTUPLE DESSEIN DE SANAT KUMARA.

Dans le nouvel enseignement de Shamballa, D.K. a notamment indiqué "les desseins sous-jacents de Sanat Kumara". Il donne certains détails sur ce septuple dessein dans "Les Rayons et les Initiations" p. 240/247. Ces sept aspects du dessein divin incarnent les sept rayons d'énergie qui "réorganiseront et redéfiniront les entreprises hiérarchiques et inaugureront ainsi le nouvel age".

Le premier de ces sept desseins est "le dessein inconnu, non vu et non entendu de Sanat Kumara", le secret même de la vie ... que Lui seul connaît; c'est ce qui voile de mystère central que toutes les écoles ésotériques - si elles sont restées fidèles à leur impulsion du début - révéleront finalement. Dans la Règle XIII pour les disciples et les initiés, p. 260 du même ouvrage, on ne nous donne qu'une légère indication de ce que ce dessein caché et mystérieux peut bien être. "Il concerne le dessein et la raison pour laquelle notre Logos planétaire s'incarna et devint la vie qui informe notre planète, la Terre", qui est une planète non sacrée. Le processus de transformation, de transmutation et de transfiguration de la planète Terre peut être résumé et en un mot, la rédemption. C'est donc dans la rédemption planétaire que sont impliqués les serviteurs ésotériques, en collaboration consciente avec le dessein divin. Ceci explique l'accent que les véritables écoles ésotériques, actuellement et à l'avenir, mettent sur l'aspect vie, sur la volonté divine et sur le développement d'un nouveau Yoga, le Yoga de synthèse, le "Yoga de Feu".

LA FORMATION EN VUE DU DISCIPULAT.

Dans tous ces ouvrages, le Tibétain insiste sur ce qu'Il appelle "le nouveau discipulat". Celui-ci est dû non seulement aux influences changeantes de l'aube de l'âge du Verseau, mais au fait qu'il est le résultat d'un nouvel alignement planétaire entre Shamballa, la Hiérarchie et l'Humanité. Il est dû aussi à la réorganisation intérieure de la Hiérarchie elle-même créant des rapports et des communications plus étroites établies par la Hiérarchie avec, à la fois, Shamballa et l'Humanité. Il est dû aussi à la croissance et à l'expansion inattendues de la conscience humaine répondant à la stimulation spirituelle. Le Tibétain dit : "la vague de vie spirituelle est aujourd'hui si forte et si puissante que les cent cinquante ans à venir démontreront la vraie nature du Royaume des âmes, ou de Dieu. Cela produira des changements fondamentaux dans les objectifs immédiats des progrès de l'humanité et dans les plans des Maîtres, dans l'enseignement qui sera imparti et dans la formation qui sera donnée". Le Tibétain continue et énumère les objectifs du nouvel âge qui sont actuellement présentés aux disciples qui se préparent pour l'initiation. On les trouve dans le Vol. II. de "l'État de Disciple dans le Nouvel Age" pp. 296/301; ils valent la peine qu'on les examine de près; ce sont, brièvement indiqués :

  1. Un sens des rapports planétaires. Cela détourne l'attention du disciple de lui-même et développe la conscience en favorisant la synthèse, l'ensemble et la totalité.
  2. Un sens de supervision intelligente. Cela veut dire une reconnaissance qui s'élargit "d'un contrôle focalisé sur la vie quotidienne, les circonstances, l'avenir et le destin".
  3. Un sens de l'orientation vers l'humanité. Cela implique "l'habitude d'une orientation correcte" vers l'humanité en tant que champ de service. Cela exige la décentralisation et un nouveau genre de sensibilité aux besoins du monde.
  4. Un sens d'impression enregistrée. Cela concerne la Science de l'impression qui sera finalement "l'objectif essentiel de l'éducation" du nouvel âge. La Hiérarchie considère que l'humanité est actuellement suffisamment intelligente pour être formée à une juste interprétation.
  5. L'évolution de la Volonté. C'est là un développement nouveau et des plus nécessaires. La volonté est cet "aspect divin dans l'homme qui le met en rapport avec le dessein divin par lequel il devient contrôlé, un dessein intelligemment compris dans le temps et dans l'espace et utilisé par l'âme comme expression d'une application aimante". Le développement de cette perception de premier rayon est "un mode puissant par lequel les aspects les plus élevés de la volonté spirituelle peuvent être atteints".
  6. Le sens de ce qui est imminent. Le véritable disciple est concerné par ce qui est "spirituellement imminent". Cela inclut un juste sens du temps choisi. Le disciple "doit devenir conscient de ce qui est sur le point même d'être précipité dans la pensée humaine et parmi les circonstances de la vie", de sorte qu'il puisse prendre occultement et spirituellement les mesures exigées pour la révélation, pour l'utilité karmique et une coopération active.

Tels sont les nouveaux développements dans la formation qui sont maintenant disponibles pour ceux qui sont correctement focalisés et orientés. Parmi ces six objectifs, les numéros 1, 3 et 5 concernent le travail qu'il faut faire au sein de la substance des trois mondes d'évolution humaine (mondes mental, émotionnel et physique), des règnes sous humains de la nature et du tout planétaire répondant à la réalisation du Plan et à la reconnaissance du Dessein. Les numéros 2, 4 et 6 concernent l'enregistrement par la conscience des mondes subtiles du sens et de la signification et les moyens occultes de communication subjectives entre les états de conscience.

Cela exige du disciple en formation qu'il travaille avec une attention si aiguë et une stabilité ashramique telles que la conscience qu'il a du Maître et de l'ashram, n'acquière pas une prédominance qui puisse déformer une vision du Plan et troubler le rythme de l'ashram.

Le sens des rapports planétaires remplace pour le disciple le sens des relations humaines étant donné qu'il n'est plus susceptible d'erreur ou de négligence dans ses rapports avec ses camarades humains. Cela alors amène une conscience des relations extra- planétaires existantes et aussi de l'activité des évolutions des Dévas dans leurs rapports avec la Hiérarchie spirituelle.

LES ÉCOLES DES MYSTERES DE L'AVENIR.

Le Maître Tibétain indique que, à la fin de ce siècle ou un peu après, les nouvelles Écoles des Mystères de l'avenir commenceront à exister. Elles seront organisées par des initiés anciens et expérimentés et appartenant à l'ashram, alors que l'extériorisation de la Hiérarchie poursuivra son développement. Les écoles seront organisées en deux groupes, un groupe préparatoire et un groupe plus avancé, l'un pour les aspirants et l'autre pour les initiés. D.K. nous dit que les Quatorze Règles pour les aspirants (qui se trouvent dans l'ouvrage Initiation Humaine et Solaire) et les Quatorze Règles pour les Disciples et les Initiés (qui se trouvent dans l'ouvrage Les Rayons et les Initiations, cet ouvrage étant le cinquième et le dernier volume du Traité sur les Sept Rayons) formeront l'enseignement fondamental pour les deux degrés des écoles.

La Science de la Méditation et la construction consciente de l'antahkarana seront les deux premiers degrés du curriculum ésotérique de toutes les véritables écoles ésotériques. Cette science et cette construction développent le sens de l'ensemble de la synthèse, qui est la vision occulte et une faculté indispensable à ceux qui seront formés par ces nouvelles écoles et qui seront les "constructeurs du nouveau monde et les éducateurs de l'opinion future". Tel est le but de l'enseignement ésotérique; une interprétation correcte et une application totale à la reconstruction du monde.


 

TRAVAIL A FAIRE.

Le Maître Tibétain a clairement souligné ce qu'il voudrait qu'on fasse, maintenant et dans l'avenir immédiat. "Le travail qui doit être accompli est le suivant; vous avez été formé pour le faire et c'est votre responsabilité, de même que ce sera à moi de vous aider sans fléchir.

  1. Préparer les hommes au retour du Christ. C'est là votre premier devoir et le plus important. La partie principale de ce travail consiste à enseigner aux hommes - sur une large échelle - à utiliser l'invocation de façon qu'elle devienne une prière mondiale et qu'elle focalise la demande et l'invocation de l'humanité.
  2. Étendre le travail des Triangles de manière que subjectivement et éthériquement, la lumière et la bonne volonté puisse envelopper la Terre.
  3. Promouvoir sans cesse le travail de la Bonne Volonté, de manière que chaque nation puisse posséder son groupe d'hommes et de femmes consacrés à l'établissement de justes relations humaines. Vous avez le noyau, il faut maintenant opérer l'expansion. Vous avez le principe de la bonne volonté qui a été présenté au monde; la tâche sera ardue, certes, mais bien loin d'être impossible.
  4. Poursuivre une distribution constante de mes livres qui contiennent une bonne partie de l'enseignement pour Nouvel Age. En dernière analyse, les livres sont vos outils de travail et les instruments avec lesquels vous formerez vos travailleurs. Veillez à ce qu'ils soient mis en constante circulation.
  5. Efforcez-vous de faire du Festival de Wesak un festival universel et qu'il soit pour tous les hommes et toutes les croyances une chose de valeur. C'est le festival pendant lequel les deux leaders divins de l'Est et de l'Ouest collaborent et travaillent ensemble en l'union spirituelle la plus étroite; le Christ et le Bouddha utilisant ce Festival chaque année comme point d'inspiration pour le travail de l'année qui vient. Veillez à faire de même. Les énergies spirituelles sont alors disponibles.
  6. Découvrez les membres du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde chaque fois que c'est possible, et renforcez leur action. Cherchez les dans toutes les nations, exprimant de nombreuses formes pensées, et de nombreux points de vue. Souvenez-vous que dans la doctrine et le dogme, dans les techniques et les méthodes ils peuvent grandement différer de vous, mais dans l'amour de leur prochain, dans la bonne volonté pratique et dans la dévotion à établir de justes relations humaines, ils sont avec vous. Ils sont vos égaux et peuvent probablement vous apprendre bien des choses ...

Que la bénédiction de Celui que nous servons tous demeure avec vous tous et sur tous les disciples en tous lieux; et puissiez-vous apporter une participation totale et aider les hommes à passer des ténèbres dans la lumière et de la mort à l'immortalité".

(L'extériorisation de la Hiérarchie p. 641)

Lucis Trust


2. Nouvel Ordre & Nouvelle Unité Mondiale


Je souhaiterai ici remettre à l’honneur le concept de ‘conscience planétaire’ qui se dessine à l’arrière plan de l’idée de Nouvel Ordre Mondial (NOM).

 

            Je m’appuierai pour cela sur le postulat selon lequel notre planète est ‘guidée’ pour ne par dire gouvernée occultement par deux groupes d’entités plus avancés que l’humanité dans son ensemble.

            Au risque de paraître manichéen, ces deux groupes sont les représentants du ‘bien’ d’un côté - ayant pour but l’accroissement de conscience de l’humanité et de tous les règnes de notre planète - et de l’autre du ’mal’ travaillant évidemment à inverser la courbe de l’éveil.

                        On parle en effet souvent d’une Grande Fraternité  Blanche (GFB) pour désigner les Maîtres de Sagesse sensés nous guider vers la Lumière et à l’inverse on laisse planer l’existence d’un groupe d’entités que l’on ne peut et pour cause, nommer Fraternité, et que l’on regroupe sous le terme devenu générique Illuminatis… Je préfère pour ma part les regrouper au sein de ce que j’appelle : l’Ordre Mondial des Enténébrés (OME).

             Certains auteurs se plaisent à préciser que le concept de Nouvel Ordre Mondial fut cité pour la première fois dans les années trente par le Tibétain Instructeur d’A. Bailey

 

 

 

Thierry BECOURT (03/02)

 

 

 

en omettant d’apporter les précisions qui l’accompagnaient.

 

            Je tiens ici à démonter les trucages opérés sur cet idéal de conscience planétaire tel qu’il fût à l’origine, et qui ont fini par le dénaturer au point de conduire les hommes et femmes de bonne volonté de l’humanité à combattre cette idée.

 

            J’affirme pour ma part qu’il serait désastreux d’arrêter de construire la mondialisation sous prétexte que les acteurs de l’OME s’en servent pour avilir la planète.

            Il nous suffit de garder à l’esprit que penser globalement ne nous interdit pas d’agir localement, pour paraphraser la formule si chère à B. BENSON.

 

            Permettez-moi donc, dans un soucis de réhabilitation de cet enseignement hiérarchique qui m’est cher, de vous citer ci-après la vision exacte du Nouvel Ordre Mondial tel que l’un des représentants de la Grande Loge Blanche, se faisant appelé le Tibétain, l’énonçait dans ses écrits. Partant du principe que nul n’est mieux placer que l’auteur  pour présenter ses idées.

            J’empreinte ces paroles au livre très éclairant pour la compréhension de la psychologie planétaire : « Extériorisation de la Hiérarchie ».

            « Il existe une direction intelligente ou spirituelle de l’humanité et peu importe le nom que l’on donne à ce dessein…

            Nul ne contestera qu’au fil des siècles, l’instinct s’est développé pour devenir l’intellect et que l’intellect lui-même commence à se transformer en intuition. La perception consciente du pouvoir divin de l’humain, la faculté croissante de comprendre et de partager le mode de pensée des autres, indiquent progrès et développement.

            Ce progrès doit être placé en parallèle de l’égoïsme et de la cruauté du genre humain. Nous sommes donc un composé d’expressions élevées et basses. »

 

            La conception du Nouvel Ordre Mondial selon le Tibétain pose plusieurs postulats dont ceux de l’existence d’un Plan pour l’Humanité, du retour d’un Instructeur Mondial – Maitreya -  et de la manifestation du spirituel qu’Il définit dans les termes suivants :

            « Est spirituel tout ce qui tend à la compréhension et à la bonté, ce qui engendre la beauté et peut conduire l’humain à une expression plus complète de ses potentialités divines.

            Est mauvais tout ce qui entraîne l’humain plus profondément dans le matérialisme, qui néglige les valeurs supérieures de la Vie, qui soutien l’égoïsme, qui dresse des barrières à l’établissement de justes relations humaines et nourrit l’esprit de séparativité, de peur et de vengeance. »

 

            Ainsi, si nous nous devons de combattre un ordre, il s’agit bien de l’Ordre Totalitaire, résurgence évidente de la volonté avilissante des forces de l’Axe telle qu’elle s’est exprimée durant le dernier conflit mondial. Véritable Plan d’anéantissement de la conscience sous la responsabilité de l’OME.

            Le Tibétain fait nettement la différence lorsqu’il dit :

            « L’Ordre totalitaire doit disparaître car il est contraire à la vision spirituelle. »

            C’est cet Ordre basé sur l’assujettissement des faibles et leur mise sous tutelle au sein d’une ‘super-puissance’ qu’il nous faut anéantir. Et il est vrai que nous assistons à la monté en puissance de ce dernier. Or nous ne pouvons le combattre en gardant nos particularismes. Seul un Nouvel Ordre Mondial parallèle basé sur les principes spirituels peut-s’y opposer. Refuser de le construire c’est faire le jeu des forces de l’ombre.

 

            Le Tibétain nous précise plus loin, que l’Ordre Totalitaire détruit tout droit, toute liberté si ce n’est celle de servir l’Etat. « Il n’y aura pas de liberté de pensée ou de conscience toutes les décisions étant prises par l’Etat et le citoyen privé n’ayant droit à aucune opinion sera réduit à l’état d’esclave au service du Pouvoir. »

            Nous pouvons à l’évidence voir cette expression en marche dans notre pays, hypocritement appelé des libertés…

            Voilà ce que le pouvoir matériel tend à nouveau à imposer au monde après son relatif échec durant la décennie  35/45.

            Un des meilleurs témoignages de ceci est la chasse aux dissidents de la pensées Unique qui nous réunit au sein d’organismes de défense comme Omnium, Cap, Droits de l’Homme sans Frontière, et nous poussent à nous exprimer dans Motus et consors…

            Or là encore la clairvoyance du Tibétain reste d’actualité lorsqu’il nous dit :

            « C’est seulement en pénétrant la vraie nature de cette crise, par le courage et la détermination de voir les choses en face que l’on parviendra à vaincre cet adversaire de l’Ombre. »

            « Ce courage doit être basé sur un bon sens bien déterminé à établir la sécurité de justes relations humaines et la liberté. »

            Il faut pour cela comprendre la nature des forces oeuvrant au sein de du NOM matérialiste dont le dieu pourrait se nommer ‘argent’ ou encore désir ou pouvoir,… et ce que pourrait être l’avenir si cet ancien esprit qui habitait ‘AXE’ triomphait.

            Il est particulièrement essentiel que les enfants du monde soient sauvés de ce mal qui plane au-dessus d’eux et cela surtout par le biais d’une éducation presque exclusivement matérialiste à laquelle ils sont actuellement soumis dans nos pays occidentaux.

            Nous observons d’ailleurs à ce propos à la montée d’un véritable ‘l’intégrisme laïc’ qui conduit manifestement à une déviation toute aussi grave que l’intégrisme religieux et je n’hésite pas ici à reprendre le concept qui émerge actuellement d’inquisition laïc.

 

            Il est clair que le courant évolutif, dont le seul objectif est de redonner la souveraineté matérielle et spirituelle à l’humanité, ce courant d’éveil de conscience qui est présent dans la face éclairée du NOM et que je revendique est face à une organisation noire redoutable tant elle a lancé ses tentacules dans tous les secteurs de notre société, et cela depuis de nombreuses décennies.

 

            Nous en prenons conscience sur le tard, tant les forces progressives s’imaginaient que le mal était totalement vaincu lors du dernier grand conflit.

            Force est de constater qu’il nous reste encore un grand combat à mener, mais nous ne pourrons l’emporter que si nous sommes prêts à imposer un Plan mondial spirituel.

            Mais nous devons être conscients également que la puissance négative de l’adversaire ne peut se combattre que par une grande fermeté et que nous ne devons pas hésiter à utiliser les mêmes armes à condition que nous sachions garder à l’esprit notre motivation, celle d’accroître toujours davantage notre conscience.

            A ce propos le Tibétain, qui nous occupe ici, nous donne quelques bases de ce NOM, qui pourrait également porter le nom de Plan Spirituel pour l’Humanité.

            « Il sera basé sur la reconnaissance que tous les humains sont égaux par l’origine et le but, mais tous à des stades différents d’évolution,

            Que l’intelligence, l’intégrité personnelle, l’expérience et une bonne volonté marquée, devraient désigner les gouvernants.

            L’autorité du travail sur le capital ou du capital sur le travail doit disparaître.

            Le corps gouvernant doit être composé de ceux qui travaillent pour le plus grand bien du plus grand nombre et qui en même temps offrent leurs chances à tous en veillant à ce que la liberté individuelle soit respectée.

            Le NOM sera fondé sur un sens actif de la responsabilité, selon la règle connue : tous pour un, un pour tous.

            Le NOM n’imposera pas aux nations un type uniforme de gouvernement, une religion de synthèse ou un système de standardisation.

            Les droits souverains de chaque nation seront reconnus ainsi que son génie particulier.

            Les tendances individuelles et les qualités raciales pourront s’exprimer pleinement.

            Dans un seul domaine il faudrait tenter de réaliser l’unité, celui de l’éducation en veillant à son orientation spirituelle telle que je l’ai défini.

            Le NOM reconnaîtra que les produits du monde, les ressources naturelles de la Terre et ses richesses n’appartiennent à aucune nation en particulier mais doivent être partagés par tous.

            Le désarmement total doit être recherché jusqu’à l’interdiction pour toute nation d’organiser des équipements à des fins de destruction. »

 

            On comprend ici, que le NOM tel qu’il est défini par les enseignements néo-théosophiques, est bien loin de correspondre à l’image exclusive qu’on lui donne aujourd’hui. Il me semble donc urgent de retrouver un peu de cohérence et de lucidité afin d’adopter une nouvelle ligne combative efficace.

            Mon message, vous l’avez compris, est d’arrêter de maudire le monde entier et de travailler à la construction de cette pensée planétaire globale que l’on retrouve d’ailleurs argumentée scientifiquement dans ‘hypothèse Gaïa’ de P. RUSSEL et J. LOVELOCK.

            La manifestation de la conscience planétaire est irréversible, la combattre est un leurre qui nous épuise et fait le jeu des forces de l’ombre.

            Nous devons construire une COMMUNAUTE  MONDIALE, pour ne plus utiliser ce terme d’ordre manifestement galvaudé, basée sur les justes relations humaines, la justice, la reconnaissance des droits et de la liberté, la suppression du crime et de l’égoïsme par une éducation adéquate, une reconnaissance du pouvoir divin en chaque humain ainsi que sur la reconnaissance d’une Intelligence divine dirigeante, en Laquelle nous avons la vie, le mouvement et l’être.

 

            Nous retrouvons dans ces mêmes écrits, qu’il serait bons de ne pas déformer en leur prêtant des propos tronqués que : « la restauration psychologique, spirituelle et physique de l’humanité doit constituer l’une de nos responsabilité primordiales.

            Ainsi, le futur Ordre Mondial sera une expression pratique de la fusion du mode de vie intérieur et spirituel et du mode d’action extérieur, civilisé et culturel.

L’humanité pourra ainsi être libérée pour mener un genre de vie laissant la place aux loisirs de poursuivre des objectifs spirituels, culturels plus riches et parvenir ainsi à une plus large perspective mentale. »

 

            Est-ce là ici ce que nous entendons aujourd’hui par NOM, source des manifestations croissantes lors des rassemblements de nos ‘dirigeants politiques et économiques’ ?

 

            Je ne crois pas. Il suffirait peut-être simplement d’adapter le langage et de remettre les mots dans leur contexte tant littéraire qu’historique. Ainsi, le mot ‘Ordre’ n’a certes plus la même connotation aujourd’hui qu’au début du 20ème siècle. C’est la raison pour laquelle je proposais plus haut le terme de ‘Communauté Mondiale’.

 

           

 

            Permettez-moi d’aborder dans un second temps, toujours en référence au sujet qui nous occupe ici et particulièrement l’article de P. Téré « Au source du NOM » Motus d’octobre 2001.

 

            Ce dernier fait allusion au fait que l’enseignement de Bailey met en parallèle l’avènement du NOM avec la venue de Maîtreya et l’entrée dans le ‘Nouvel Age’ que nous avons traduit à tord je pense aussi par ‘âge d’or’.

            Sur le premier point, nous devons préciser que les termes Maîtreya, Christ, Bouddha, avatar et bien d’autres sont des mots génériques et s’il est vrai que la Tradition attend tel ou tel Avatar à des périodes bien plus reculées que nous l’imaginons, il n’en demeure pas moins vrai que des ‘Instructeurs’ mineurs (toutes proportions gardées) se manifestent régulièrement dans notre histoire humaine et particulièrement aux époques astronomiques charnières. Nous l’avons connu avec l’entrée dans l’ère astronomique des Poissons et nous l’observerons certainement dans cette nouvelle ère astronomique du Verseau. Tout comme les historiens du domaine l’ont observé pour les époques précédentes.

            De là à confondre le Christ et l’Anté-Christ, c’est une simple question de vigilance et de perspicacité. Mais de grâce, ne réduisons le premier au second. Il suffit de lire les textes bibliques pour s’apercevoir que l’un précèdera l’Autre. L’enseignement cité ne fait que relever ce que d’autres ont annoncé.

            Un dernier point sur la notion  de Cycles. Traite d’une façon particulièrement détaillée de ceux-ci en faisant d’ailleurs une constante référence à la Doctrine Secrète, dans l’ouvrage majeur qu’est ‘Traité sur le Feu Cosmique’. Aucune contradiction avec la DS n’y est trouvée et nous n’y voyons non plus aucune illusion sur les immenses périodes de chaque ère.

            Certes, cela demande un débat plus approfondi, qui dépasse le cadre de notre sujet, mais que je me propose de traiter ultérieurement.

            Qu’il me suffise de proposer une piste de réflexion concernant l’ère appelée Kali-yuga où nous sommes sensés nous trouver, et qui à l’étude des enseignements traditionnels est à l’évidence plus proche du commencement que de la fin.

            En effet, certains enseignements suggèrent que les quatre cycles ‘Or, Bronze, Argent et Fer’ se succèdent eux-mêmes dans chacun d’entre eux et qu’ainsi un âge d’or peut exister au sein même d’un âge de fer…

            Ainsi, si l’âge d’Or n’est pas pour demain, loin s’en faut ! Il se pourrait que l’âge d’Or de l’âge de Fer… qui sait ?

 

            Mais nous aurons l’occasion de reparler de tout cela.

            Qu’il me soit permis de conclure que nous devons veiller à ne pas reproduire les erreurs des opposants à l’éveil de la conscience qui retirent la plupart du temps pour servir leurs sombres desseins les idées de leurs contextes.

            Un Ordre Mondial ou Communauté Mondiale spirituelle est un idéal que nous avons le devoir de construire et d’achever tout en veillant à ne pas faire le jeu de l’Ordre matériel en combattant le principe même qui est de nature à nous libérer de son emprise.

                        Thierry BECOURT.

             Tout ce qui peut amener les individus à penser et à vivre par eux-mêmes est potentiellement subversif.

            Le plus grand danger pour l’ordre social est la spiritualité car elle amène l’individu à bouleverser son système de valeurs et donc son comportement, au détriment des valeurs et comportements implantés par le conditionnement social..

 

            Pour la stabilité du « nouvel ordre social » tout ce qui peut stimuler l’éveil spirituel doit être éliminé.

 

           

           

 

 

 

 

 

 

3. La Mort, la grande aventure...

 

*   *   *

Cette descente et cette ascension, l’humain les appelle

Vie, existence et mort.

Nous qui foulons le Chemin Eclairé, nous les appelons

Mort, Expérience et Vie...  D.K.

 

 


 Exposé réalisé par Thierry Bécourt

 d’aprés l’oeuvre d’A. A. Bailey  et H.P.Blavatsky

 

« Le corps ne se décomposerait pas s’il était mort, toutes les molécules

qui le composent sont vivantes et luttent pour se séparer. » Isis Dévoilée p.267

 

 


         Présentation

 

         Toute incarnation est nécessairement suivie de la mort ou désincarnation. Tout comme le Phénix qui renaît de ses cendres et qui est le symbole de la vie, il est dit que la mort est une naissance car de la mort précède la vie...

            Notre faiblesse de connaissances sur l’au-delà, propre surtout au monde occidental, entraîne notre mental à craindre la mort. C’est la crainte de l’inconnu qui mène souvent à la panique et au refus d’aborder un sujet qui somme toute est aussi naturel que la naissance et n’épargne aucun d’entre nous.

            Notre trop grand attachement à la vie matérielle symbolisé dans « l’avoir » et donc le déchirement de perdre les biens et relations acquises, doublé de la peur de l’inconnu accrue par les faux enseignements rabattus depuis des âges sur le « ciel » et « l’enfer » ne sont certes pas là pour nous aider à mieux appréhender cette transition, ce passage qui ne conduit ni plus ni moins d’un état de conscience à un autre...

         Nous pouvons ici faire une digression sur le suicide chez l’être empruntant le Sentier de l’Eveil, qui sur le plan occulte peut avoir pour cause un état d’obsession dû au relâchement du fil de conscience. Ceci deviendra la cause d’un véritable sentiment de clivage qui peut se traduire par un sentiment de soumission aboutissant à l’inefficacité, la dépression et un sentiment de frustration poussant l’individu vers le monde de l’illusion et du suicide.

            Mais le suicide peut aussi être la cause d’un manque ou d’une incapacité d’intégration des énergies supra-mentales reçues dans un équipement non encore adapté. Trop étroit pour la quantité de Lumière reçue ou non-adapté à la surcharge vibratoire. Le suicide apparaîtra dans ce cas comme une réaction en chaîne non maîtrisée. Des causes de suicides peuvent être encore dues à la lutte avec le gardien du seuil, des pulsions destructives provoquées par des entités du chemin involutif ou l’incapacité de s’adapter aux changements et la confrontation  produite par l’entrée sur le Sentier de l’Eveil spirituel (bouleversements sociaux, familiaux, intérieurs,) ou enfin l’illusion de croire qu’il faut se détourner du monde matériel pour mieux agir sur les plans supérieurs. Mais le plus souvent c’est la dépression fondée sur un sentiment d’incapacité d’être à la hauteur de l’opportunité qui se présente.

            L’enseignement de la Sagesse nous présente la mort comme un triple processus :

                        . Travail de restitution,

                        . Art de l’élimination,

                        . Processus d’intégration.

            C’est à travers ces trois thèmes que nous tenterons de lever une partie du voile de cette grande transition et que nous montrerons que comme il y a une technique pour vivre il y a aussi une technique pour mourir.

            Nous verrons qu’en définitive, la mort est un acte de l’intuition transmise par l’Ame à la Personnalité et exécuté par la suite, conformément à la volonté divine, par la volonté individuelle.

         Nous comprendrons que chaque nuit, dans notre sommeil, nous mourrons et que si nous nous endormons consciemment, nous apprenons à mourir et à fonctionner ailleurs sur d’autres plans de conscience. Sommeil et mort sont frères et sœurs. C’était d’ailleurs sous cette forme que les présentaient les Grecs où Thanatos, dieu de la mort était frère jumeau d’Hypnos fils de la nuit.

            La Mort, en tant que période de sommeil entre deux incarnations, doit donc être considérée comme un phénomène naturel et chacun d’entre nous doit aider à faire accepter cette idée car la peur de la mort est l’entrave majeure au bon fonctionnement de la transition et de la prise de conscience qui s’ensuit du nouvel état post-mortem.

 

            E. Warnon remarquait que sachant que la mort est naturelle, et qu’elle comprend le grand mystère du Renoncement à une limitation pour entrer dans une conscience plus vaste, nous devons la considérer comme une Initiation.

        

         Nous avons tous pris connaissance des témoignages relatés après l’état de mort clinique, qu’ont si bien mis à jour les travaux des Dr. Moody et Kubler-Ross. On y retrouve en substance les détails suivants :

¤ accroissement de la perception,

¤ vision d’un « couloir » lumineux,

¤ accueil par un être christique ou angélique,

¤ rencontre des proches décédés avant nous,

¤ ou encore rétrospection de toute la vie qui vient d’être quittée...

Détails qui sont propres d’ailleurs - et je pense que c’est d’une importance majeure pour une vision objective - à toutes les cultures, religions, continents et époques. (cf. transparents : tableau de J. Bosch, l’au-delà ‘Samsara et Balises’)

 

         Ce qui nous permet de concevoir que tout défunt est aidé à son arrivée dans l’au-delà, tout comme les nourrissons le sont à leur naissance sur Terre.

         Par la mort, un grand processus de rachat prend place. La « chute d’une feuille » et son identification avec le sol sur lequel elle est tombée donne un exemple microcosmique de ce grand et incessant processus de rachat. On devient, puis on meurt parce qu’on est devenu...

         Ce que nous appelons mort au sens habituel est la destruction du cycle pendant lequel nous sommes séparés en tant qu’individus sur le plan physique, en conséquence la mort est un processus de réunion.

 

         Avant d’entrer dans les détails du sujet, traçons brièvement le cheminement de départ. (cf. transparent Constitution énergétique)

 

            A l’injonction de mort l’Ame se retire sur le plan Causal, alors que l’énergie pranique ou Vie (fil de vie) focalisée dans le cœur autour de l’atome permanent s’élève dans le sushumna nadi jusqu’à la jonction des structures pariétales et occipitales afin de quitter le corps physique par l’un des trois chakras - tête, cœur ou plexus-solaire. Le fil de conscience siégeant dans la tête coupe également définitivement ses liens avec le corps. La transition est ainsi effective.

 

         Nous expliciterons ceci aux points suivants de cet exposé, qui nous amènera à étudier les atomes permanents, le sommeil, la crémation, la constitution de la conscience, et nous permettra de conclure que :

         « La résurrection est la note-clé de la nature; la mort n’existe pas. La mort n’est que l’antichambre de la réincarnation. »    D.K.

 

         Nous devons comprendre également, pour les besoins de cet exposé, que chaque Ame est représentée par une forme ovoïde, qui d’abord n’est qu’une pellicule incolore, mais qui au fil de son développement commence à se revêtir d’une irisation étincelante, semblable à celle d’une bulle de savon, les couleurs se jouant à sa surface comme les teintes changeantes que produit le Soleil sur l’écume d’un jet d’eau.

 

         L’Ame envoie délibérément sur son propre plan, ses ordres à son ombre dans les trois mondes, c’est ainsi que l’Ange de la Présence s’exerce à exprimer le premier aspect de la volonté pendant une très longue période uniquement par le processus de la mort. Un jour, l’humanité considèrera la mort comme un « processus commandé », mis en oeuvre en pleine conscience et grâce à la compréhension du dessein cyclique.

         La mort apparaît bien souvent comme dépourvue du but, parce que l’intention de l’Ame n’est pas connue.

         Imaginons combien la conscience humaine changera quand on viendra à considérer la mort comme un simple renoncement à la forme qu’on avait revêtue temporairement pour atteindre les deux objectifs suivants :

a. Acquérir un contrôle dans les trois mondes,

b. Donner l’occasion à la substance ainsi empruntée d’atteindre un point de perfection plus élevé grâce à l’impact de vie reçu par voie de l’Ame.

 


 

COURANTS  MAJEURS

impliqués dans le processus de la mort.

 

         Deux courants majeurs pénètrent le corps physique et font éclore son activité, sa qualité, son type d’expression, ainsi que l’impression que ce corps produit sur son entourage.

a.     Le courant de vie dynamique : ancré dans le cœur, il pénètre le corps par la tête et s’achemine vers le cœur où il reste pendant tout le cycle de la vie. Un courant plus réduit pénètre dans le corps par la rate d’où il s’élève vers le cœur pour rejoindre ce plus grand courant de vie. Ce courant double maintient la cohésion du corps, vitalise les atomes et cellules individuelles dont notre véhicule est composé.

  b. Le courant de conscience individuelle : ancré dans la tête. C’est un aspect de l’Ame qui révèle le type de conscience indiquant également le point d’évolution atteint. Cette force est d’une qualité sensible et pénètre le corps par le plexus solaire. Elle met l’être humain en rapport avec la totalité du plan astral dans un premier temps. Pour la majorité, le plexus solaire reste le foyer de conscience. Bien que l’énergie soit enregistrée par le point focal de conscience elle n’est pas reconnue ce qui conduit ces personnes à quitter le corps par le centre solaire. Chez les êtres sur le Sentier spirituel le fil de conscience se retire par la tête.

 

         Il existe donc à tous les stades du processus d’évolution certains triangles d’énergie très intéressants :

a. Chez les êtres humains proches du stade animal :

   l’Ame collective + le centre solaire + la rate (centre pranique)

b. Chez les êtres humains primitifs mais individualisés et personnes émotionnelles,

  L’Ame + le centre coronal + le plexus solaire

c. Chez les êtres qui suivent le Sentier

  L’Ame + le centre coronal + l’ajna

 

         Le désir régit le processus de la mort comme il régit aussi le processus de l’expérience de vie. Il y a donc une relation réciproque entre :

         a. l’âme sur son propre plan,

         b. le corps astral,

         c. le centre du plexus solaire.

 

 

         Voyons maintenant les trois phases de l’Art de Mourir où nous percevrons la puissance exceptionnelle de la Loi d’Attraction et sa relation avec la Loi de Synthèse qui en régit le premier aspect.


 

RESTITUTION

 

         Nous savons qu’après la mort ou « restitution » la conscience se retire peu à peu de tous les plans successifs jusqu’au moment où elle n’est revêtue que de son véhicule causal.

 

         Au moment de la mort, l’Ame fait retentir une parole de retrait entraînant les réactions suivantes : (cf. Transparent ‘Mort progressive de l’organisme’)

a) Naissance d’évènements physiologiques affectant le courant sanguin et les systèmes nerveux et endocrinien,

b) Parcours d’une vibration le long des nadis leur permettant de s’organiser en vue de l’abstraction,

c) Le courant sanguin est affecté par une substance qui touche le cœur où le fil de vie est ancré. C’est l’une des causes fondamentales du coma et de la perte de conscience. Elle provoque une action réflexe dans le cerveau.

d) Un tremblement psychique est établi et a pour effet de distendre ou rompre la connexion entre les nadis et le système nerveux,

e) Pause où l’on observe le relâchement des nadis qui commence par les yeux et s’accompagne par une détente générale où l’effort mental devient impossible,

d) Le corps éthérique organisé, dégagé par l’action des nadis de tout lien avec les nerfs se ressaisit pour le départ final.

         Ici, tout est poursuivi selon la Loi d’Attraction - volonté magnétique et attirante de l’Ame - Le corps physique dense, somme totale des organes, cellules et atomes est progressivement dégagé de la puissance intégrante du corps vital par l’action des nadis. Il commence à répondre à  « l’appel de la Terre » exercé par l’entité mystérieusement dénommée « Esprit de la Terre ». Elle se situe sur l’Arc involutif. Par rapport à la Terre, Elle joue le même rôle que l’élémental physique par rapport à notre corps. Cette force vitale du plan physique est essentiellement la vie et la lumière de la substance atomique.

e) A nouveau une pause s’ensuit permettant à l’élémental physique de regagner son emprise sur le corps éthérique si l’Ame le considère comme désirable (cf. cas de NDE) ou si l’élémental est puissant au point de pouvoir prolonger le processus de mort, parfois pendant des semaines.

f) Le corps éthérique émerge du corps physique dense, le corps vital prend vaguement le contour de la forme qu’il animait. Cela se passe sous l’influence de la forme-pensée de lui-même que l’humain avait échafaudée au cours des années.

g) Le corps éthérique se dissipe graduellement d’autant plus que l’utilisation de la crémation se sera développée.

         Dans le cas d’une personne évoluée, détachée en pensée du plan physique, la dissolution du corps vital est très rapide, libérant l’être temporairement de toute attirance physique, prêt pour l’acte suivant  d’élimination.


 

         En se dégageant quand survient la mort de la matière dense physique, le réseau bouddhique, accompagné du prâna, se retire dans le cœur autour de l’atome permanent. L’atome, le réseau et le prâna s’élevant alors par le sushumna nadi secondaire, atteignent le troisième ventricule du cerveau, puis le point de jonction entre les sutures pariétale et occipitale puis abandonnent le corps. Le réseau vital continue à envelopper l’atome permanent physique dans le corps causal en attendant le jour où sera formé un nouveau véhicule. Ce retrait détruit l’unité intégrale des cellules qui deviennent indépendantes, bien que leur vie ne subit aucune interruption, on peut dire que ces dernières s’émancipent. La mort du corps, marque donc la mort d’un ensemble organisé, mais confère au corps une vie dans ses unités

 

         Au moment de la mort physique, la pellicule de vie accompagnée de prana, se retire dans le cœur, autour de l’atome physique permanent. Celui-ci monte le long du sushumna nadi - canal reliant le cœur au troisième ventricule - vers la tête et le troisième ventricule du cerveau. Puis, la pellicule vitale toute entière assemblée autour de l’atome permanent s’élève lentement jusqu’au point de jonction des structures pariétales et occipitales et quitte le corps physique mort désormais.

         A mesure que l’Ame évacue chacun de ses corps, ces atomes passent à un état de somnolence et sont retenus dans le corps causal dans cet état de quiétude. C’est en fait tout ce qui reste à l’Etre des corps incarnés précédemment.

         La prison de la chair est dissoute par le retrait de la lumière et de la vie. Les quarante neuf feux contenus dans l’organisme physique s’éteignent, leur chaleur et leur lumière se fondent dans les vingt et un points lumineux mineurs qui sont à leur tour absorbés par les sept centres majeurs d’énergie.

         Cette restitution est le travail essentiel de l’Ame au sein du corps physique et met en jeu à la fois les centres cardiaque et coronal.

 

         Dans les cas de mort subite par accident, suicide, meurtre, crise cardiaque inattendue ou évènement de guerre, le choc est si violent que le processus assez paisible du retrait de l’Ame est entièrement désaxé. L’évacuation du corps physique et la dissolution complète du corps éthérique sont alors pratiquement simultanées.

 

         C’est en notant la condition des centres, qu’il est possible pour l’Initié - lorsqu’il fait oeuvre de guérison - de savoir s’il est permis de guérir le corps physique ou non.

 


 

ELIMINATION

        

         Cette deuxième phase marque le rejet des véhicules mento-émotionnels -appelé aussi kama-manasique - qui ne forment en réalité qu’un seul corps. Bien que vu sous l’angle mental, le corps astral est littéralement une fiction due à l’imagination, il n’est pas un principe. Cependant, pour l’être humain ne foulant pas le Sentier, le plan astral reste très réel même après la première mort ou restitution.

         Ce processus consiste à re-focaliser le centre de la conscience sur les niveaux concrets du plan mental considérés comme un point de lumière irradiante.

 

         Seuls se retrouvent sur le plan mental, immédiatement après la mort, les disciples et initiés qui vivaient déjà principalement sur ce plan. La plupart des humains découvrent qu’ils vivaient revêtus d’une coquille de matière astrale et assujettis à une période plus ou moins longue d’élimination sur ce plan.

         A mesure que l’Ego se retire de ses corps, les atomes permanents de ceux-ci s’en revêtent et sont retenus dans le corps causal. Ces trois atomes - physique, astral et mental - enveloppés de vitalité bouddhique, brillent dans le corps causal et l’illuminent, c’est ce qu’on appelle généralement ‘la lumière éternelle’. Les atomes permanents sont beaucoup plus évolués que les autres, ils seront à leur summum à la 7ème ronde.

         Lorsqu’une personne atteint le degré de Bouddha, elle ne trouve plus d’atomes permanents ordinaires qui puissent lui servir. Les atomes ayant été abandonné par les Adeptes et autres grandes entités, ces Etres de Lumière sont obligés de demeurer sur le plan bouddhique et ne peuvent par conséquent descendre en dessous du plan mental, ce qui implique que ces derniers ne peuvent être touchés que sur le plan causal ou bouddhique.

         Lorsque ces deux étapes sont franchies, l’Ame se trouve libérée du contrôle de la matière et est temporairement purifiée de toute contamination par la substance. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INTEGRATION       

        

         Ce processus concerne le travail de l’homme spirituel libéré fusionnant avec l’Ame au niveau supérieur du plan mental. L’être se connaît comme une partie du tout.

         C’est ici que l’Ame redevient consciente d’Elle-même comme Ange de la Présence, et entre ainsi dans un état de réflexion avant la prochaine incarnation.

         Ce n’est que lorsque la conscience s’est retirée des corps inférieurs et s’est de nouveau concentrée dans l’Ame que le résultat final de l’incarnation terminée se dévoile. On découvre alors quelles qualités nouvelles ont été acquises, et percevons dans un éclair de conscience limpide le résultat de la dernière vie et une idée de la vie suivante - but principal, ce qu’on doit en attendre.

 

Technique d’élimination selon le degré de conscience

 

            On insistera sur l’importance de l’incinération car la destruction du corps dense enlève de fait au corps éthérique son centre d’attraction, lui permettant ainsi une décomposition rapide. Elle empêche absoluement toute tentative de réunir les principes d’une façon partielle, anormale et temporaire.

            Nous avons vu qu’en fonction du degré de conscience, trois sorties sont employées :

* Par la tête, chez l’être mental développé, le disciple ou l’initié,

* Par le cœur, chez les êtres bons, bien intentionnés, bons citoyens et philantropes,

* Par le plexus solaire, par les personnes émotives qui pensent peu ou dont la nature animale domine.

         L’art de l’élimination se divise donc en trois catégories selon que l’on a affaire à une personne kamique, kama-manasique ou manasique. Bien que le processus général soit le même, les techniques diffèrent.

         1. La personne kamique, élimine le corps astral par voie d’usure et l’évacue par le centre du plexus solaire.

         2. Le type kama-manasique, élimine dans un premier temps sa substance astrale au moyen de son désir croissant pour la vie mentale. Ainsi, en effectuant un retrait constant dans le corps mental, le corps astral s’élimine graduellement. Selon le degré d’éveil cela peu duré assez longtemps pour la majorité humaine, et assez peu pour le sujet qui dépasse la moyenne.

Quant au corps mental, il le brise par un acte de volonté humaine aidé en cela par l’Ame qui subit lentement la révélation de son ombre.

         3.L’être manasique, désormais focalisé sur le plan mental, doit également accomplir deux tâches :

a. dissoudre tout sédiment astral susceptible de décolorer son corps mental translucide. Ici, c’est la lumière de l’Ame qui agit.

b. détruire le corps mental par l’emploi de certaines paroles de pouvoir, communiquées au disciple par son Ashram. Elles produisent une expansion de conscience telle que la coque mentale se brise et cesse de faire obstacle à l’être intérieur.

 

 

         On remarque souvent ici, la prémonition du moment de la mort venant du contact avec l’Ange de la Présence, il y a en définitive la connaissance du jour de la grande transition et la maîtrise de soi reste jusqu’au dernier moment. La conscience du processus de mort chez les hauts initiés, leur permet de se retirer le moment venu, en pleine conscience de veille et de continuer à fonctionner sur les autres plans, demeurant en liens télépathiques du plan mental avec ses relations humaines encore incarnées. 

 

Espace entre chaque incarnation

 

         La vie sur le plan intérieur nous procure la même conscience de nous-même que lors de notre incarnation avec en plus une perception et reconnaissance toute aussi importante des plans subjectifs. Nous pouvons subir le mirage de l’existence astrale ou l’impression télépathique des divers courants de pensée émanant du plan mental, mais nous restons également conscients de nous-même, de notre pensée et de l’état de développement de notre vie manasique.

         Selon la phase du développement, le temps passé dans le monde mental supérieur peut varier entre deux ou trois jours d’inconscience dans le cas d’un humain peu avancé et une longue période d’années de vie consciente et glorieuse dans le cas d’une personne très avancée.

 

         Avant de se réincarner, l’être humain, doit faire face aux étapes suivantes :

a)  Reprise du contact avec l’Ame,

b) Réorientation relativement violente vers la vie terrestre « processus de descente et d’appel » au cours duquel l’humain :

         * se prépare à une nouvelle incarnation,

         * fait retentir sa propre résonance dans les substances des trois mondes,

         * revitalise les atomes permanents, qui forment un triangle de force dans        le corps causal,

         * rassemble la substance nécessaire pour former ses prochains corps de          manifestation,

         * les colore avec les qualités déjà acquises par ses expériences,

         * dispose sur le plan éthérique la substance de son corps vital afin que les 7   centres majeurs deviennent réceptacles des forces intérieures,

         * choisit délibérément ceux qui lui fourniront le revêtement physique dense dont il aura besoin puis attend le moment de s’incarner. La contribution des parents se limite à un corps d’une qualité particulière exigée par l’Ame. C’est seulement lorsque l’être est très évolué que les parents permettent également l’établissement de certaines relations de groupe.

                  

 

 

 

 

                   On se rappellera que le mois au cours duquel nous entrons en incarnation indique le mois de notre sortie de l’incarnation précédente, reprenant ainsi le fil de l’expérience avec le même type d’énergie et équipement qui était le nôtre précédemment.

                   La longueur du temps passé dans les mondes célestes entre les incarnations successives, dépend de trois facteurs principaux :

1. De la classe à laquelle appartient l’Ame,

2. Du moyen par lequel il a obtenu l’individualisation,

3. De la longueur et de la nature de sa dernière existence.

 

         Selon les Upanishads, ce sont nos désirs et autres points d’intérêts dans la vie matérielle qui détermineront le monde « extra-terrestre » où nous évoluerons. Ce qui est confirmé par les témoignages recueillis en NDE.

 

         Aucune pression extérieure nous pousse à nous réincarner, l’Ame y retourne par sa propre volonté, pour son besoin d’élargissement de conscience.

         Le désir d’expérience nouvelle, appelée « Trishnâ » en Inde, se réaffirme et l’Ame de nouveau, porte son attention au dehors, Elle quitte le Dévachan pour pénétrer dans les plans de réincarnation et emporte avec Elle les résultats de son œuvre dévachanique. Œuvre des plus effectives montrant que la conscience évolue aussi lorsqu’elle est désincarnée. Ceci entraînera les Dévas et élémentaux concernés qui lui fourniront la matière dont seront formés ses corps au cours de la vie qui va suivre.

         Pendant la vie prénatale une prolongation du Sûtratmâ apparaît, sous la forme d’un fil unique sortant de l’atome permanent physique, se ramifiant dans toutes les directions jusqu’au moment de la formation complète du véhicule physique. C’est dans ces réseaux que le prâna coule.         

 

A propos du coma...

 

         Il y a deux sortes de coma, le « coma de la bataille » qui précède la véritable mort et le « coma du rétablissement » qui prend place quand l’Ame a effectué le retrait du fil de conscience mais non du fil de vie. Lorsque la clairvoyance éthérique sera plus répandue, on reconnaîtra la nature du karma et l’on cessera d’être dominé par la tendance d’espoir ou de désespoir.

         Dans le « coma de rétablissement » l’Ame persiste dans son emprise sur le corps physique par l’intermédiaire des centres cardiaque, rate et les deux centres mineurs de l’appareil respiratoire, le reste voit son processus énergétique bloqué.

 

R: Dans les Purânas Hindous, il est curieusement fait allusion au cas d’êtres très avancés spirituellement se réincarnant pour expier une partie du karma planétaire sous la forme d’un ennemi du bien « Râvana ».

 Son karma le condamnant à rassembler en lui toutes les forces du mal éparses dans le monde,  pour qu’elles soient détruites !

 

On en revient en définitive au fameux questionnement :

         « bon, mauvais - juste, injuste ? » et l’on en vient à dire « tout mal est un bien en devenir. »

Où est la vérité profonde invisible à nos yeux de chair, si nous ne percevons le dessein du Plan Divin...

 

         La victoire sur la mort ne dépend pas de l’élimination des maux physiques, mais de l’établissement d’une continuité de conscience qui va du plan physique de la vie à l’existence subjective intérieure.

 

TZOOL-MAH (cabale). Litt., "ombre". On affirme dans le Zohar

(I., 218 a, i. folio 117 a, col. 466), que durant les sept dernières nuits

de  la  vie  d'un  homme,  le  Neshamah,  son  esprit,  le  quitte  et  que

l'ombre, tzool-mah, n'agit plus, son corps ne projetant plus d'ombre ; et

lorsque le tzool-mah disparaît entièrement, alors Ruach et Nephesh .

l'âme et la vie . s'en vont avec lui. On a souvent prétendu que dans la

philosophie de la Cabale, il n'y avait que trois "principes" et avec le

corps,  Guff,  quatre.  On  peut  facilement  montrer  qu'il  y  avait  sept

subdivisions et plusieurs encore, car on trouve le Neshamah supérieur

et  inférieur  (le Manas  double) ;  Ruach,  l'Esprit  ou  Buddhi ; Nephesh

(Kâma)  qui  "n'a  aucune  lumière  provenant  de  sa  propre  substance",

mais est associé au Guff, le Corps ; Tzelem, "le Fantôme de l'Image" ;

et  D'yooq-nah,  l'Ombre  du  Fantôme  de  l'Image,  ou  Mâyâvî  Rûpa.

Ensuite  viennent  les  Zurath,  Prototypes,  et  Tab-nouth,  la  Forme ;  et

finalement, Tzurah, "le Principe le plus haut (Atman) qui demeure au-

dessus", etc..., etc... (Voir Qabbalah de Myer, pp. 400 et seq).

 

 

Quatre  règles pour mourir en douceur !

 

         Voici 4 règles que chacun peut suivre afin que la vie soit constructive et que lors du moment du départ nul problème ou difficulté ne se présente.

1. Apprendre à se focaliser dans la tête par la visualisation et la méditation et par la pratique régulière de la concentration. Développer la capacité de vivre comme « le roi siégeant sur son trône » entre les sourcils (ajna)

2. Apprendre à servir avec le cœur sans se mêler émotionnellement des affaires d’autrui. Concentrer l’énergie vitale au-dessus du diaphragme afin de diminuer le pouvoir d’attraction du plexus solaire.

3. Apprendre en s’endormant à retirer la conscience dans la tête, chaque soir. Il ne faut pas se laisser plonger dans le sommeil, mais s’efforcer de garder la conscience intacte jusqu’à ce que le passage se fasse consciemment sur le plan astral.

4. Noter et surveiller tous les phénomènes liés au processus de retrait, que ce soit au cours de la méditation ou en vous endormant.

         Nombre de gens s’éveillent avec un sursaut pénible à peine endormis ce qui est dû au fait qu’ils sortent de la conscience par un orifice partiellement fermé. D’autres entendent une sorte d’explosion dans la tête ayant pour cause une grande sensibilité de l’oreille au regard des airs vitaux. D’autres encore voient de la lumière ou nuages colorés, des drapeaux ou rubans violets, qui ne sont autres que des phénomènes éthériques n’ayant pas d’importance réelle et se rapportant au corps vital, à des émanations praniques et au réseau de lumière.

                   Mettre en pratique ces 4 exercices, pendant des années facilitera la technique de la mort, car celui qui a appris à régler les phases du sommeil a un avantage sur celui qui n’a jamais fait attention à ce processus.

 

            Terminons par cette phrase du Maître Philippe de Lyon : « Il vaut mieux rester dans cette existence-ci le plus longtemps possible. Une minute est précieuse. Ce qui est supprimé sera à refaire. »

 

            La tâche majeure de tous les thérapeutes est de préparer les humains à accueillir la transition comme une libération. Nous familiariser avec notre condition périssable et consacrer le temps suffisant à élucider ses principes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

« La mort, la grande aventure » compil.d’aprés l’oeuvre d’AA Bailey-éd. Lucis

« La guérison ésotérique » d’A.A. Bailey -  éd.  Lucis

« Le corps causal » de A. Powell - éd. Adyar

« La vie aprés la vie » de Moody - éd. Livre de Poche

« L’aprés-vie » de H. Renard - éd. France Loisirs

« De l’autre côté de mort » de Leadbeater - éd. Adyar

 

 


ANNEXE

 

CORPS VIVANT, CORPS MORT, CORPS GLORIFIE


père Jean BRECK



Lors du 5e colloque orthodoxe de bioéthique qui s'est tenu, le 17 mai dernier, dans les locaux de l'Institut Saint-Serge, à Paris, sur le thème "Une fin chrétienne de notre vie" (SOP.279.10), le père Jean BRECK a présenté une communication sur le sens du corps, de sa relation à la mort et au péché, sur son devenir à la lumière du mystère de la résurrection du Christ, qui signifie, pour les chrétiens, que la mort n'est pas une fin en soi, mais une étape sur le chemin menant au Royaume de Dieu. Le Service orthodoxe de presse reproduit ici des passages significatifs de cette communication, dont l'intégralité paraît dans la collection des Suppléments au SOP (référence : Supplément 280.A ; 3,05 EUR franco).

Spécialiste du Nouveau Testament et des questions de bioéthique, le père Jean BRECK enseigne l'exégèse patristique des Écritures ainsi que la bioéthique à l'Institut Saint-Serge, à Paris, après avoir été professeur à l'Institut de théologie Saint-Vladimir, à New York. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de théologie biblique, parmi lesquels une introduction à l'herméneutique orthodoxe, intitulée La puissance de la Parole, dont la traduction française est parue aux éditions du Cerf en 1996.

[...] Dans la pratique pastorale orthodoxe, nous avons pris l'habitude de prier, dans les cas de maladies en phase terminale, pour "une séparation paisible de l'âme et du corps". Cette formule bien-pensante est pour le moins problématique, dans le sens où elle suggère que la personne humaine est constituée de deux éléments fondamentalement différents : un corps terrestre et une âme céleste. Ceci, bien sûr, reflète le dualisme platonicien et hellénistique qui conçoit le corps comme la prison de l'âme, et la rédemption - ou le simple phénomène de la mort physique - comme la libération de l'âme, qui quitte le corps et retourne à la sphère divine, son lieu d'origine. Cette notion implique fondamentalement la croyance en la "préexistence" des âmes, c'est-à-dire en leur caractère éternel. Ce genre d'anthropologie dualiste, représenté par exemple par le théologien du 3e siècle Origène d'Alexandrie, a été rejeté par la grande majorité des premiers Pères de l'Église, bien avant la condamnation finale d'Origène lors du cinquième concile oecuménique, en 553. [...]


"La foi chrétienne affirme-t-elle 'l'immortalité de l'âme' ou la 'résurrection des morts' "?


Déjà, au 2e siècle, les apologistes Justin le Martyr et Tatien posèrent la question fondamentale : la foi chrétienne affirme-t-elle "l'immortalité de l'âme" ou la "résurrection des morts" ? Leur réponse fut, sans ambiguïté, la suivante : "I'immortalité de l'âme" est un concept hellénistique plutôt qu'un concept biblique ; elle dénature, en fait, la conception chrétienne du sens et de la valeur du corps humain, tout en minimisant l'eschatologie biblique, qui voit la résurrection du corps comme le moyen par lequel nous sommes capables de participer à la résurrection et à la glorification du Christ lui-même. [...]


À ce jour, le consensus orthodoxe maintient que l'âme est créée simultanément avec le corps. Dans le langage d'aujourd'hui, nous dirions qu'elle est créée au moment de la conception, lorsque le noyau du spermatozoïde et celui de l'ovule s'unissent pour former le zygote humain.


© SOP Copyright 1997-2003, SOP/OPS. All Rights Reserved under International Copyright Conventions.


 

 

 

La

Tistrya, la société de production qui réalise ce film, ne vit que de nos dons ! Pour les soutenir : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr...

4 Shamballa

SHAMBALLA

*  * *

« Ni l’éducation, ni l’expérience, ni le talent, n’ouvrent le chemin vers Shamballa,

Mais seulement le feu de la connaissance directe. » Moria in Agni Yoga

 

Travailler avec l’énergie de Shamballa, c’est célébrer le triomphe de la lumière sur la matière et pour cela mettons en pratique cette phrase du Maître Morya dans Ere nouvelle § 7 :

 

« La rumeur  vaine doit être interrompue, et il faut trouver dix mots à opposer

à chaque mot dénigrant la lumière.

Ne restez pas silencieux lorsqu’on dirige une flèche contre LUI  ! »  Morya

 

 

 

                        « Notre civilisation moderne actuelle est en train de changer, sous le marteau du destructeur : les choses anciennes disparaissent, ayant rempli leur office. Ce qui est nouveau n’est pas encore remarqué ou apprécié. Mais le travail de préparation, en vue de l’implantation du germe ou semence de la colonité divine sur Terre est presque terminé. Quand la Hiérarchie sera extériorisée et que l’humanité reconnaîtra la position sur Terre du Christ et de son église invisible la Hiérarchie. Alors Shamballa prendra les commandes en envoyant le Semeur de la Semence.

            Notre tâche majeue sous l’emblême du christ est la création de cette reconnaissance universelle.

            Quand le faible vouloir des hommes commencera à répondre sur une échelle appréciable à la plus grande volonté de la vie divine, la tâche majeure de Shamballa deviendra possible.

 

1°. Une approche de SHAMBHALA.

 

                            Le dictionnaire de la sagesse Orientale des éd. R. Laffont, nous en donne la définition suivante :

« Nom d'un royaume mythique à la localisation géographique incertaine mais que la légende situe au Nord-est de l'Inde. Appelé aussi Sangri-la »

                            Il est considéré comme le pays d'origine de la doctrine du Kâlachakra ou la « Roue du Temps ».  Dernier et plus complexe des tantra bouddhiques (Xème siècle). Sa rédaction remonterait au Roi mythique, Suchandra de Shamballa. La chronologie et l’astronomie y jouent un rôle important, elle serait à l’origine du calendrier tibétain. On y parle d’un ‘mantra dix fois puissant’ qui symbolise sa doctrine. D’après la tradition tibétaine, le Kalachakra tantra aurait été transmis par 7 rois de Shamballa et 25 prophètes élus. C’est à l’époque du 12ème prophète que la doctrine parvint en Inde et plus tard au Tibet. Une des principales lignée aboutie à Tsongkhapa. Aujourd’hui encore, cette doctrine est pratiquée par l’école des Gélugpa ou école des hommes vertueux. Une des quatre écoles fondées par Tsongkhapa à laquelle appartient le Dalaï-Lama, elle attache une grande importance à l’observation des règles de vie monastique et l’étude approfondie des écritures, du samsara, de l’illumination par la recherche de la concentration ou samadhi C’est la recherche de l’équilibre entre la quiétude durable et la compréhension. Le tantra du Kalachakra se divise en trois parties : externe (monde physique), interne (monde psychique)  et autre (divinités)

                            C’est cette école qui détient le pouvoir politique au Tibet depuis le 17ème siècle.

                            Associé à toute une symbolique de la source du bonheur, Shambhala  joue un rôle fondamental dans le bouddhisme tibétain.

                            Un mythe essentiel dit que les sauveurs de l'Humanité viendront de Shamballa quand la Terre sera dominée par la guerre et la destruction.

                            Les différentes suppositions relatives à la situation géographique de Shambhala varie entre l'Asie centrale et le pôle Nord en passant par la Chine. Toutefois c'est moins à sa localisation géographique qu'à la valeur spirituelle attachée à son nom que ce "pays" doit son importance. Un des lieux les plus communément admis est la montagne sacrée du Kailash au Tibet où Shankaracharya eût un contact avec Sanat Kumara.

                           

 

 

 

On notera aussi le mont Moriah au cœur de Jérusalem où jadis prospérait une école des mystères, on parle de Jérusalem céleste, Abraham réveilla ce centre depuis lors détruit. C’est sur ce lieu que fut construit le Temple de Salomon. Aujourd’hui c’est la mosquée El Aqsa qui y représente la dernière révélation. Au début Jérusalem dans son idéal de représentation des trois religions Juives, musulmane et chrétienne était une représentation vivante de la citée de Shamballa.

                            Shamballa est aussi appelé le 7ème continent, et bénificierait de nombreuses protections : gaz, rivières, forêts, animaux, … Le triangle des Bermudes serait en lien avec Shamballa.

                            On parle aussi de ‘l’Ile Blanche’  terre sacrée du mont Mérou, l’actuel pôle nord dont HPB écrit qu’elle est impérissable. Certaines traditions donnent ce lieu comme origine de l’installation de ces 105 vénusiens comme Fraternité de Lumière.

                            En fait, bien que semblant être situé dans le Gobi de Mongolie, Shamballa est constitué dans l’éther de second degré et est en fait un vaste point focal d’énergie assemblée et réunie par le Logos planétaire.

                            La tradition Tibétaine compte Shamballa au nombre des "vallées cachées", c'est-à dire de ces lieux où les hommes peuvent se réfugier dans les périodes de difficultés.

                            Les 25 prophètes de la doctrine du Kalachakra, jouent également un rôle important dans le mythe de Shamballa. L'arrivée du dernier prophète marquera l'avènement d'un âge d'or caractérisé par la victoire sur toutes les forces négatives. En raison de cette prophétie, Shamballa   fût au fil du temps peu à peu rapproché de l'histoire de Gésar * et de la venue de Maitreya *.

                            Le troisième Panchen Lama * rédigea un guide indiquant le chemin pour parvenir à ce Royaume. Cet ouvrage très répandu au Tibet repose sur des écrits du canon tibétain : kangyur/Tengyur.

 

                        Shamballa est bien sûr un lieu convoité par les forces involutives, l’un des points d’où partent les attaques majeures provient de la communauté des forces noires de Delhi.

 

            L’énergie de Shamballa engendre la destruction de ce qui est indésirable mais elle est aussi la force de synthèse qui relie ce qui jusque là avait été séparé. L’objectif de Shamballa consiste à capter le Dessein du Logos solaire en tant que but Hiérarchique. Son symbole principal est laSynthèse.

            Le sens de la synthèse est l’objectif de la formation proposée à ceux qui entreprennent le chemin de l’éveil. Il s’agit de former ceux qui tendent à l’initiation à servir l’humanité.

            « Seul l’homme qui tient la main d’un frère peut voir la Porte de Shamballa dans sa vérité, seul l’être entouré par tous ceux qui sont UN, peut entrer par cette Porte qui se referme sur l’homme qui cherche à entrer seul. »

                                                                                                                                                                       Le but que Shamballa nous assigne est assurément de redécouvrir la Vie. La Vie est Radiation et c’est« le mélange de l’amour et de la volonté qui produit la radiation » D.K.


            Ainsi donc, Shamballa c’est :


            1°. Le lieu du Dessein qui ne peut-être compris avant de suivre le Plan.

            2°. Ce n’est pas une voie mais un centre majeur d’états reliés entre eux et d’énergies statiques.

            3°. C’est le point majeur de tension sur la planète.

            4°. C’est le plus grand agent récepteur et diffuseur.

            5°. C’est le centre coronal de notre vie planétaire.

 

‘Tu ne passeras à Shamballa que par le biais de la loi !’

‘Kalagiya’

 qui signifie ‘vient à Shamballa’ est un mantra que le disciple avancé entend intéreiurement lorsqu’il est prêt à y pénétrer.

 

       On notera que celui que l’on nomme le Maître Djwall  Kool est  actuellement Lama du monastère de Tasi Lunpo dans la vallée du Wesak, lieu de résidence de l’actuel 19ème Panchen Ripoché.

 

 

 

 

 

2°. Le LOGOS PLANETAIRE  la  clé  de  SHAMBHALLA.

           

            Un logos planétaire est un Homme Céleste qui a pris une planète comme véhicule de manifestation, comme nous prenons un corps humain.

            Notre Logos terrestre de l’un de ses noms ‘Sanat Kumara’ est la clé de voûte de Shamballa. Aussi appelé le Veilleur Silencieux, il est en vérité le dieu conçu par les fidèles des religions terrestres.

            C’est aussi Melchisédech, roi de Salem, prêtre du Dieu très haut qui se porta à la rencontre d’Abraham.

            Quelque fois identifié à un immortel vieillard ou à un adolescent de 16 ans. Or ce chiffre est majeur en ce qui concerne la manifestation d’énergies Shamballaienne. D.K. dit d’ailleurs que ‘7+7+2 = 16 = 7. Dans ce nombre est caché le mystère de notre processus évolutif.

            Certains écrits présentent S.K. sous le nom d’Hermès Trismégiste, lui-même identifié au Thot égyptien et des chercheurs ont cru qu’Hermès était connu des juifs sous le nom d’Enoch. Plus tard Hermès devient même Mercure messager des dieux et des hommes… Hors le mercure correspond dans la Qabhal à la lettre Aleph, principe transcendant et christique et hermès est l’emblème du Verbe qui crée et interprète tout.  Principe transcendant, il fut toujours proche de l’astre solaire et révéré à travers la planète Mercure, la plus proche du Soleil. Hermès appelait le serpent, « le plus spirituel de tous les êtres ». Voir la relation avec le Caducée de Mercure…

            Dans l’enseignement ésotérique, Hermès est un archange, un de ceux que l’on nomme, les progéniteurs de la race humaine. Hermès originel ou Thoth apparaît donc comme l’un des 7 pouvoirs ou Rayons du Logos en lien avec les 7 archanges, 7 lampes devant le trône, …

            Thoth hermès a pour prototype divin, Osiris lui-même, l’équivalent du Vishnou hindou de qui émane les avatars ou sauveurs. La toute première émanation d’Hermès eût lieu bien avant les dynasties égyptiennes à l’époque des demi-dieux éros et géants mythologiques. Tout cela se rapporte aux races pré-adamiques.

            C’est hermès qui aurait également transmis le livre sacré de Thoth. Cette œuvre démontrait comment devait s’opérer le processus de réintégration de l’humanité et servait aussi de clé vpour interpéter tous les autres écrits. Ce texte sacré expliquait également la technique permettant à l’homme de communier avec la conscience universelle et cosmique et stimulant certains centres spirituels du cervea. C’était en somme la clé de l’immortalité recherchée par les initiés à l’hermétisme.

            La Tradition ésotérique  nous dit que Sanat Kumara serait issu de Vénus, planète représentant l’alter-égo de la Terre. DK nous dit qu’avec ses frères – 104 en tout -  il apporta le sceptre et un ensemble de 35 mantras qui forment le savoir le plus profond de la confrérie des Lumières. Il semble également qu’ils apportèrent avec eux le blé, les abeilles et les fourmis.

            Ce grand être vénusien pu donc grâce à un alignement systémique entre la Terre et Vénus être adombré par le Logos Planétaire de la Chaîne terrestre.

            Ceci eût lieu à l’époque de la Lémurie, époque où l’humanité vivait sur ce continent appelé Shalmali en Inde. L’Himalaya  était en voie de formation.



            On appelle ces êtres les ‘Seigneurs du mental’ et on dit qu’ils ont créé la Hiérarchie, extériorisation de Shamballa, comme les écoles des mystères telle la F.M. sont l’extériorisation de la Hiérarchie.

 Son travail est de poursuivre par la méditation son œuvre rédemptrice qu’il effectua aux origines de la Terre.

            Il a pour ce faire organisé un groupe qui est réceptif à son intention méditative et qui l’aide à introduire dans notre planète certaines énergies systémiques ou cosmiques pour faire progresser la conscience.

            Shambhala, est le lieu où sont  focalisés Son Intention, Sa Pensée, Sa Visualisation. C’est donc l’ashram du Logos planétaire et son groupe de Hautes entités forme ce qu’on appelle ‘la Chambre du Conseil’ du Seigneur du monde. C’est en ce lieu qu’on met en application la loi des cycles.

 

            On peut dire que Sa méthode de travail se résume en ces trois termes – trois portes :

Précipitation – consolidation – irradiation.


            Dans la Théosophie il est dit que S.K. passe actuellement une initiation cosmique et que c’est en partie la raison des difficultés et tribulations – qui en définitive ouvrent nos consciences – de notre planète bleue…

           

            Le mot-clé de ce lieu de décision est ‘VOLONTE’ celui de la Hiérarchie est ‘AMOUR’, précisant par là-même leurs différents modes d’action.

 

            ° le ‘toucher’ de Shamballa, très présent aujourd’hui est une énergie qui maintien toute chose en vie et offre à l’humanité l’opportunité d’évoquer le sens de la synthèse qui soutiendra le triangle Hiérarchie/Shamballa/Humanité. C’est l’énergie de Shamballa qui permet d’établir lesjustes relations humaines.

 

3°. Le thème de l’Initiation dans SHAMBHALLA.

 

            Sanat Kumara est le détenteur du Sceptre planétaire qui préside à toute initiation.

            On notera que l’application du Sceptre initiatique se fait sur trois planètes : Vénus, la Terre et une autre volontairement voilée.

            Dans l’initiation, l’éveil de la conscience intérieure ou christique – Horus – se fait par attouchement au centre du cœur par la Thyrse ou caducée de Mercure…

            Ce Sceptre fût apporté de Vénus par S.K. et il est rechargé 7 fois au cours de la vie terrestre par le Logos Solaire. C’est le Christ qui en est le principal gardien.

            D.K. le décrit de la façon suivante : ‘Constitué de trois serpents entrelacés en spirale et le diamant flamboyant qui le surmonte est d’un tel rayonnement que l’effet produit est celui d’une aura sphéroïdale projetée autour des serpents entrelacés. Selon l’initiation prise, l’initié voit une réflexion d’une partie des serpents et l’impression créée sera celle du diamant parcourant un cycle du sommet à la partie irradiée. En même temps, chaque serpent tourne sur lui-même et également autour de son voisin source d’éclat et de beauté extraordinaire et symbolisant la force rotatoire-cyclique en spirale.’ TFC p.874

            On parlera de l’initiation du Kalachakra.


            Le dernier impact de la Hiérarchie eût lieu en 1975 le prochain se produira autour de l’an 2000.

 

 

 

4°. SHAMBALLA  -  HIERARCHIE et AGARTHA, points de comparaison…


                a ) Shamballa est le seul lieu de la Terre qui connaisse les véritables desseins divins et sa fonction est de les mettre en œuvre par la Volonté.

            En comparaison, avec la Hiérarchie, le disciple voit le PLAN et se voue à son service.

 

            B )  Shamballa est représenté par des êtres ‘divins’ – extra-planétaires – à la différence de la Hiérarchie spirituelle formée par le Christ et les Maîtres de sagesse connue sous le nom de Grande Loge Blanche. Les Vies de Shamballa sont donc plus avancées que celles de la Hiérarchie et elles forment ce que D.K. appelle « la chambre du grand conseil ». Nous y trouvons 3 bouddhas d’activité ou Pratyekas bouddhas, 3 Kumaras et 4 Maharajas représentant les 4 Seigneurs du Karma dans le système solaire.

 

            Une analogie intéressante peut être faite avec la trinité Hindou, ainsi on retrouve :

                        ° Shiva représentant Shamballa,

                        ° Vishnou la Hiérarchie et

                        ° Brahma l’Humanité.

            Shiva, représentant donc le 1er Rayon, devient ‘Rudra le terrible’, Seigneur de la mort et libérateur des formes. Mais Shiva est aussi le Seigneur du sommeil car il détruit l’existence et ramène toute vie en état de repos ou pralaya. Patron des yogis qu’il amène en samadhi par le chakra coronal lui-même en rapport avec le Seigneur du monde donc avec Shamballa. Shiva est donc l’aspect majeur de Sanat-kumara.



            Shiva porte sur le front un croissant de lune du 5ème jour, car la Lune, le soma représente le mental et 5 car le cinquième principe humain est le mental. Il porte un serpent autour du cou, ce dernier et le gardien de la vérité spirituelle et des pouvoirs occultes. C’est le symbole de l’adepte qui a parfaitement maîtrisé le feu serpent et Sanat-Kumara est aussi appelé le Dragon de la Sagesse.


            La Hiérarchie fût fondée par Shamballa il y a 21 683 000 ans environ lorsque le Soleil était dans les Gémeaux. Son noyau naissant aussi appelé Grande Loge Blanche était constitué de 49 personnes. Situé dans le désert de Gobi.

            Tous les Maîtres de 6ème degré, se réunissent en conclave tous les 49 ans et décident des mesures à prendre pour l’avancement humain. C’est à la suite d’un tel conclave qu’il fut mis fin à la civilisation atlantéenne. Le prochain conclave aura lieu en 2025 et  le prochain impact de la force de Shamballa aura lieu en 2001.


            L’Agartha représente le royaume intérieur ou souterrain. Immense région intra-terrestre nullement inaccessible. Certains temples sont d’ailleurs construits sur les entrées de l’Agartha.

            Nombre de récits font état d’une population intra-terrestre relativement avancée qui possède aussi ses provinces et ses régions gouvernées par un être similaire à un Mahachohan appelé par les Tibétains Rigden Jyepo, Nicolas Roerich l’a représenté dans l’une de ses toiles tenant dans sa main gauche le Chintamani ou pierre sacrée. Le siège de sa capitale serait au nord du Kailash au Tibet appelé le palais de Kapala

 

5°. LA NATURE DE LA VOLONTE


            Le secret de la volonté réside dans la reconnaissance de la nature divine de l’homme. Il est également étroitement lié à la reconnaissance de la nature invincible de la bonté et de l’inévitabilité du triomphe final du bien.


            La volonté ne peut être contactée que par ceux qui travaillent avec et par le plan mental. Ceux qui cherchent à évoquer la force de Shamballa s’approchent très près de l’énergie du feu, le feu étant le symbole et la qualité  du plan mental. Les forces de lumière doivent s’opposer au feu par le feu.


            La caractéristique fondamentale de la force de Shamballa, provient d’un effort inconscient de comprendre et d’exprimer la qualité de la volonté spirituelle. C’est à dire de chercher la divinité dans la volonté. C’est cette qualité que le Christ chercha a exprimer dans l’épisode de Gethsémanie, où il établi un contact initial avec la force de Shamballa au profit de l’humanité.


            Cette force est donc à notre disposition, mais ne peut être exprimée qu’aveccompréhension. Elle doit être employée pour le travail de groupe. Force unifiante de synthèse, elle peut-être employée comme une force de regroupement et de réglementation. Elle est en relation avec l’énergie vitale de l’humanité à travers la conscience et la forme. Mais son effet sur une personne non préparée et ayant des tendances matérialistes peut être la source d’un désastre, Néron et Hitler en sont des démonstrations.

            Il n’y a qu’un moyen grâce auquel la volonté du mal concentré peut-être vaincue, c’est l’opposition d’une volonté spirituelle également concentrée par des être de bonne volonté, sensibles qui peuvent s’entraîner à répondre positivement à cette nouvelle forme d’énergie et apprendre comment l’invoquer et l’évoquer.

 

            C’est cette volonté divinement exprimée qui sera le thème de la nouvelle religion mondiale qui émerge actuellement par le biais de la philanthropie et des œuvres sociales.

 

            La divine volonté est donc nécessaire aujourd’hui comme force propulsive, pouvoir moteur, agent de purification et de clarification mais également comme moyen pour exprimer l’Amour.

 

            Les trois aspects principaux de la vie, de la qualité et de l’énergie de Shamballa (3 portes) :

                        1°. Volonté qui conditionne l’aspect vie,

                        2°. Volonté qui instaure de justes relations humaines,

                        3°. Volonté qui finalement conquiert la mort.

 

            La volonté est donc un aiguillon et non une impulsion, elle est un but réalisé et compris et non l’expression du désir.

            Le désir procède de la forme matérielle vers le haut, la volonté descend dans la forme en l’adaptant constamment au but divin.

            Le désir invoque et la volonté évoque. Ainsi, lorsque le désir est concentré, il peut invoquer la volonté, mais quand la volonté ainsi invoquée, met fin au désir et devient une force immanente, propulsive, qui aiguillonne, stabilise, clarifie et détruit les forces devenues inutiles.

 

            C’est cette volonté, stimulée par l’invocation qui doit être concentrée dans la lumière de l’âme et consacrée au dessein de la Lumière afin d’établir de justes relations humaines.

 

            ° L’une des manifestations de la puissance visible actuelle de Shamballa est l’accroissement de l’utilisation du son, ‘publicité’, ‘slogan politique’… dans les siècles qui viendront ceci se dirigera, vers une utilisation plus spirituelle du son orientant les média sur le chemin d’une meilleure compréhension des relations humaines. Nous remarquons d’ailleurs de timides signes avant coureurs.

            Le rayonnement de Shamballa  apporte la révélation universelle du Mal et provoque l’agitation mondiale actuelle en confrontant le bien et le mal.

 

Pour conclure provisoirement…

 

            Concluons avec cet écrit de l’ANCIEN COMMENTAIRE :

 

            « Celui qui voit dans la lumière obscure de Shamballa, pénètre en ce qui se trouve au-delà de notre petite sphère, en ce qui peut-être perçu derrière le triangle sacré (Vénus – Mercure – Terre). C’est là que l’on peut trouver le triangle de feu rayonnant qui brille dans l’œil (Taureau), qui brûle sur le sommet de la montagne (Capricorne) et que l’eau ne peut éteindre (Verseau). Ceux là sont les trois les plus saints ».

5. Le plan pour l'humanité

 

Le travail à accomplir aujourd'hui pour amener l'apparition du Plan est :

 

* Changement d'attitude d'esprit humain en ce qui concerne le monde des phénomènes,

* l'abolition des mirages mondiaux,

* la destruction de l'illusion mondiale,

* la dissolution du gardien du seuil racial,

* le développement de l'intuition,

* l'inauguration de la nouvelle éducation qui insistera sur la valeur du contrôle mental

et sur la construction de l'antahkarana planétaire et individuel.

 


         1. Produire une synthèse subjective de l'Humanité.

         2. L'éveil sur une large échelle de la lumière chez les êtres humains.

         Ceci aura les résultats suivants :

                 a. Etablissement d'un grand centre de lumière qui illuminera toute la pensée humaine.

                 b. Disparition de l'ancienne gloire de l'individualisation afin de révéler la gloire de l'initiation et la grandeur cachée de l'humanité.

                 c. Les porteurs de lumière isolés feront dans l'avenir place au groupe porteur de lumière.

         3. Faciliter la venue de nouveaux types d'énergies.

            Ceci sera la cause :

                 a. De la création d'une réserve de forces qui aidera le salut mondial.

                 b. De la libération de la force spirituelle.

            4. Mettre un terme à l'âge de la séparation.

                 Nous pouvons donc travailler dans le sens :

                 a. d'un désir croissant d'intégration et de synthèse.

                 b. d'un terme aux différences religieuses.

                 c. d'une tendance soutenue à la paix mondiale et au règlement des querelles nationales et compter                               voir la réalisation de ces différents points.

         5. L'élévation de la conscience de la masse aux niveaux mentaux.

                 Nous avons dans le monde d'aujourd'hui :

                 a. un rassemblement de réactionnaires.

                 b. des penseurs, véritables pionniers le Groupe Mondial des Serviteurs,

                 c. un public intelligent qui demande à être renseigné,

                 d. les masses peu évoluées.

                 Le résultat de cette élévation sera :

                 * la formation d'unités de groupe, unies par une pensée commune. (ceci a lieu depuis le XVès)

                 * la génération d'une Humanité que caractériseront trois faits :

                        . un système d'inter-communication et d'inter-relation : radio, téléphone,voyages, télépathie...

                        . un sentiment de responsabilité mutuelle. (Expression de la bonne volonté)

                 * la reconnaissance de l'omniprésence.

            6. Amener une communication et une coopération  étroite et  directes avec les Guides de Humanité.

             La Hiérarchie prépare actuellement l'humanité :

                 a. pour que chacun entre spirituellement en rapport avec les autres et avec le Groupe Mondial de Serviteurs.

                 b. pour qu'elle s'entraîne à réagir au Plan.

                 c. pour qu'elle entre en relation consciente avec la Hiérarchie intérieure,

                 d. pour que s'établissent des liens qui grouperont les serviteurs en un seul corps subjectif.

            7. L'obtention par l'Humanité d'une continuité de conscience.

             Ceci produira :

                 a. une nouvelle échelle de valeur,

                 b. le développement de l'idéalisme qui n'est autre que le fait de sentir le Plan.

      8. Faciliter la solution des trois plus importants problèmes d'aujourd'hui.

             a. le problème des idées et de leur matérialisation,

                 b. le problème de Dieu,

                 c. le problème de l'immortalité.

      9. Révélation du mystère des âges.

         Cette révélation :

            a. abolira la peur de la mort,

            b. établira le fait de l'existence de l'âme,

            c. produira la démonstration des pouvoirs divins,

            d. amènera la démonstration de la fraternité.

            Cette révélation sera un processus naturel dont les effets seront trés étendus.

      10. Acroître la puissance du Groupe Mondial de Serviteurs.

            a. il attirera l'attention des gouvernements,

            b. il formera l'opinion publique,

            c. il informera sur les nouveaux idéaux du Nouvel Age afin de les faire adopter,

            d. il apprendra à travailler subjectivement comme un seul groupe.

            e. l'enseignement sera collectif et non particulier, afin d'extérioriser les groupes d'ashrams,

            f. ses membres apprendront à devenir sensitifs entre eux et entrer en rapport         télépathique avec les ashrams,

            g. il devra garder le silence sur ses idées basées sur la Personnalité,

            h. préparation et équilibre du Groupe seront mis à l'épreuve,

            i. développement de l'impersonnalité et détachement seront des conditione premières,

            j. l'enseignement sera donné sur les niveaux mentaux.

            Ceci signifie  que l'instrument planètaire de service est en cours de préparation, par la poursuite régulière de l'intégration du GMS, composé lui-     même de nombreux groupes et que les paroles de reconstruction  sont déjà prononcées sur les plans intérieurs.

        11. Le point culminant des conditions de trouble est maintenant atteint.

         Point culminant de l'âge du matérialisme, la raison en est :

            a. qu'un nombre suffisant d'êtres humains a pris contact avec le Plan,

            b. que la race humaine est maintenant susceptible de percevoir la vision.

        12. Exteriorisation de la Hiérarchie.

         Afin de permettre à certains grands Etres d'inaugurer l'âge nouveau et produire la nouvelle crise mondiale.                     

         13. Expression de la seconde grande crise Humaine.

            (Cinquième en ce qui concerne la vie planétaire)

            a. la première crise concernait la fécondation au moyen de l'intellect. L'individualisation la venue du 4ème règne de la nature et l'évocation de la soi-conscience.

            b. la seconde crise permettra la fécondation au moyen de l'amour. L'initiation,         l'évocation de la conscience de groupe, la venue du 5ème règne.  

 Pour que ceci ait lieu...

 

le G.M.S. - aspirants/disciples - doit chercher à obtenir :

* la sensibilité intérieure,

* l'habileté à reconnaître les principes ,

* la capacité de discerner ce qui est essentiel,

* le recul de l'ambition personnelle,

* la préservation d'un contact intérieur avec l'âme,

* le refus de considérer les désirs et réactions de la Personnalité.

 

Le but de l'Humanité est donc d'être :

 

* le guérisseur planétaire,

* le porteur de lumière planétaire,

* le transmetteur planétaire d'énergie,

* le principe unifiant de l'évolution des humains et des anges.

 

Ceci sera compris lorsque chacun de nous connaîtra :

 

* l'Ange de la Présence grâce à la technique de la Présence,

* l'Ange Gardien grâce à la technique de la lumière.

 

 

 

 

Cf. « Réfléchissez-y » de Alice Ann Bailey ed. Lucis


 

 

 

 

 

Pour que ceci ait lieu...

 

le G.M.S. - aspirants/disciples - doit chercher à obtenir :

* la sensibilité intérieure,

* l'habileté à reconnaître les principes       ,

* la capacité de discerner ce qui est essentiel,

* le recul de l'ambition personnelle,

* la préservation d'un contact intérieur avec l'âme,

* le refus de considérer les désirs et réactions de la Personnalité.

Le but de l'Humanité est donc d'être :

* le guérisseur planétaire,

* le porteur de lumière planétaire,

* le transmetteur planétaire d'énergie,

* le principe unifiant de l'évolution des humains et des anges.

Ceci sera compris lorsque chacun de nous connaîtra :

* l'Ange de la Présence grâce à la technique de la Présence,

* l'Ange Gardien grâce à la technique de la lumière.           

 

Le travail à accomplir aujourd'hui pour amener l'apparition du Plan est :

* Changement d'attitude d'esprit humain en ce qui concerne le monde des phénomènes,

* l'abolition des mirages mondiaux,

* la destruction de l'illusion mondiale,

* la dissolution du gardien du seuil racial,

* le développement de l'intuition,

* l'inauguration de la nouvelle éducation qui insistera sur la valeur du contrôle mental

et sur la construction de l'antahkarana racial et individuel.

 

                La chose la plus importante à faire aujourd'hui pour cette manifestation est de ne plus être un foyer de haine, de peur et d'orgueil… de séparativité ou de toute autre caractéristique susceptible de nourrir les feux qui menacent d'embrasser le monde. Il faut donc contrôler nos pensées et nos idées par la culture d'un esprit aimant et l'emploi généralisé de la Grande invocation.

                Les idées qui prédominent dans le monde aujourd'hui peuvent donc être classées en 5 catégories :

 

1°. Les anciennes idées héréditaires,

2°. Les idées relativement nouvelles, telles que le Nazisme, le Fascisme et le communisme,

3°. L'idées de la Démocratie ou du gouvernement par le peuple,

4°. L'idée d'un état mondial divisé en grandes sections, c'est vers cela que tend la planète,

5°. L'idées d'une Hiérarchie spirituelle qui gouvernera les peuples dans le monde entier.

 

                Il est essentiel d'informer les gens de l'existence du Plan, afin qu'ils pensent par eux-mêmes, de les instruire rapidement de l'existence des forces qui contrôlent l'évolution et de leur faire connaître quels en sont les agents directeurs. L'existence de la Loge Blanche doit être annoncée en termes précis afin d'éveiller l'intérêt public et de suciter la recherche et la reconnaissance publiques.

                La marge qui sépare la Loge Blanche de la Loge Noire est étroite car elle se situe simplement sur le plan de l'intention. L'instrument essentiel de la Loge Noire est le pouvoir organisateur du mental et non l'influence cohésive de l'amour comme chez les Maîtres de Sagesse. Cependant ces travailleurs du côté sombre remplissent une fonction utile parce qu'ils emploient d'une manière prédominante le principe mental, ils impressionnent les masses non développées.

 

                Quatre problèmes seront résolus au cours des deux prochains siècles :

 

1°. Le problème des possessions territoriales,

2°. Celui du sexe,

3°. Celui de la mort, par le biais de la reconnaissance de l'âme,

4°. Celui des Juifs, qui est symboliquement le problème de l'humanité Une. Ce peuple n'a jamais reconnu la mission symbolique confiée à sa race et il s'est attribué la gloire et l'honneur des élus du Seigneur. En tant que race orientale elle faillit à sa mission de présenter à l'Orient l'image de la nature divine de l'humanité en tant que tout.

Dans cette conférence présentée à  Milan, Gregg  Braden nous explique ce qu'est le langage de la divine matrice (ce champ d'énergie qui unifie tout dans l'univers) et ce qu'il appelle la nouvelle science. Contrairement, dit-il, à la science classique qui considère que l'espace n'est fait que du vide, la nouvelle science tend à prouver que l'espace est une matière vivante, vibrante et intelligente. C'est un champ d'énergie avec lequel nous inter-réagissons à chaque instant de notre vie par les pensées que nous entretenons et les sentiments que nous ressentons. En comprenant le langage de l'émotion humaine qui nous permet de communiquer avec ce champ, nous avons le pouvoir de guérir les maux qui nous affectent aussi bien personnellement que collectivement. Il apporte également une information cruciale pour les sociétés occidentales qui puisent leur croyances dans le judéo-christianisme  en montrant les écrits qui ont été  retiré de la bible a un moment donné de notre histoire, écrits d'une importance cruciale pour comprendre le cheminement de la pensée occidentale à  la suite de cette "omission"…

6. Corps éthérique & évolution

LE CONCEPT DE CORPS ENERGETIQUE  CONFRONTE A LA NOTION D'EVOLUTION DU CONSCIENT

 

         Selon Claude Giffré : ‘Il y a une nostalgie du corps immatériel. Les anges seraient ce corps immatériel. L'idée se fait jour que nous appartenons a cet immense corps qu'il s agit de rejoindre. Les recherches scientifiques actuelles tournent aussi autour des questions d'énergie avec des préoccupations semblables. Si Dieu existe, Il aurait à voir avec l'existence d'atomes spirituels…’

         Il devient difficile d'apporter du nouveau sur le corps énergétique, tant la littérature sur le sujet est abondante et recèle des ouvrages de réelle qualité, c'est la raison pour laquelle je ne m'exprimerai ici que comme chercheur dans le domaine de l'évolution de la conscience ayant établi certains rapports entre l'éveil aux dimensions spirituelles et les modifications opérées dans ce qu'il est commun d'appeler le corps éthérique.

* * *

         Comme le paragraphe d'introduction l'évoquait, l’éveil spirituel développe un processus qui nous conduit dans les différents états de la matière cosmique.

         Ainsi. 1’individu « ordinaire » encore mû par la conscience de masse et essentiellement confronté à la qualité émotionnelle, rencontrera au fil de son évolution marquée par ses prises de conscience successives, une qualité d'énergie plus subtile le conduisant à maîtriser la substance mentale, voir supra-mentale telle l'intuition et autres perceptions spirituelles, tout comme il utilise son véhicule physique.

         On peut dire ici que nous touchons aux bases mêmes de la psychologie intégrale. Psychologie de 1'Ame, merveilleusement décrite dans les ouvrages d'Alice Bailey, dont nous ne saurions que trop conseiller l'étude.

         Pour comprendre le mécanisme d'éveil, ces écrits font états de différentes « Lois Cosmiques », d'Attraction, de Radiation ou encore de Répulsion mais surtout décrivent avec force détails la structure de nos différents plans dc conscience, du niveau de matière dense à l'étincelle divine source de notre hérédité cosmique.

         Tels sont quelques points que je me propose d'aborder avec les lecteurs de ce journal.

* * *

         L'une des spécificités de la Psychologie Esotérique ou Intégrale est de reconnaître sept niveaux de croissance de la conscience cosmique, répartis en trois étages - personnel, transpersonnel et transcendantal - en analogie avec la conception trinitaire de toutes les religions ou des modèles énergétiques orientaux : tamas, satvas, raja - passivité, équilibre, activité -. C'est dans ce concept des sept niveaux de conscience que nous retrouvons les notions de corps successifs - physique, éthérique, astral, mental, intuitif, atmique, monadique... - notions qui ont le mérite de situer les lieux d'agissement de la nature complexe de toute existence consciente.

 

         Cette classification par «couches » successives, est l'outil idéal pour tout acte thérapeutique, d'ordre psychologique ou médical par le fait même qu'il renseigne sur la source d'un trouble. son mécanisme de fonctionnement et de rémission. Cette façon d'appréhender toute vie, apporte les moyens de décoder les mouvements de conscience à la base de toute existence, quel qu'en soit leur degré.

 

         On notera ici que le niveau éthérique tient un rôle particulier, pour ne pas dire original par le lien étroit qu’il entretient avec le plan physique dense d'une part et la relation privilégiée qu'on lui accorde avec le plan supérieur de conscience ou Monadique. Autant dire que c'est une véritable centrale de transformation électrique que l'on compare fréquemment au ceintures atmosphériques de notre planète.

 

         Mais revenons à la Psychologie Intégrale qui affirme que tout mouvement de croissance individuelle, physique, émotionnelle, mentale ou supra-mentale, s'articule autour du point central « Je », qui sera successivement perçu comme Personnalité « moi égoïste », Ame « moi supérieur incluant la notion d'ouverture aux autres » et Esprit « comme individualité pure en lien avec notre source de vie.

 

         Tout mouvement de conscience a pour but l'intégration des différentes strates de conscience qui composent une existence, par le biais de réalisations de ponts ou antahkarana entre chaque niveau, sachant qu'un tel processus de construction ne peut fonctionner sans une force « divine » que nous appelons « foi ».

         « Nous sommes fait de foi », entendons-nous souvent dire, véritable pouvoir magnétique qui sera à la base de toute aspiration à mieux faire, à mieux comprendre, à croître, à s'élever Les religions présentent la foi comme un « moteur divin » et nous savons tous que la foi conduit à nous forger un idéal et que sans idéal la notion même de vie, d'évolution, disparaît.

         Nous touchons là, l'essence même de l'existence, la raison pour laquelle notre environnement extérieur comme intérieur, objectif comme subjectif, ne stagne plus, et se transmute instant après instant. Hors  la fonction la plus importante des plans supra-mentaux est de montrer une direction, une « guidance » à notre Personnalité, souvent qualifiée d'inférieure car évoluant sur les plans les plus bas de l'échelle de conscience cosmique.

         Tout acte thérapeutique devrait donc consister en premier lieu à conduire l'individu à prendre contact avec ses niveaux supérieurs de conscience en fonction de son degré d'éveil. Ne lit-on pas dans les écrits Hiérarchiques, que « toute maladie résulte d'un défaut d'alignement entre l'Ame et la Personnalité ». Il nous revient donc d'établir ce contact, non seulement chez l'individu humain mais dans tous les champs de son activité en créant les liens supérieurs de pensée et dans les autres règnes de la nature que ce soit en développant la bonté chez les animaux ou les parfums du règne végétal...

         En ce qui nous concerne, la maîtrise du plan mental, nous conduira donc - via la domination des affects - à percevoir l'Ame, jusqu'à ce qu'Elle nous infuse par identification. Ce stade marque la construction de la première partie de l'antakharana qui sera suivi ensuite par l'édification du pont entre ces plans et la Monade ou Esprit. Cette aspiration vers le haut est bien décrite par la recherche du « Joyau dans le Lotus » qui en dernière analyse nous conduit au centre même de chaque atome de vie dont nous reparlerons plus loin.

         Ceci nous permet de réfléchir sur le fait que l'humain ne se nourrit pas seulement de pain, mais de signification. Il est d'ailleurs marquant à ce propos d'observer que plus notre conscience croît, moins l'impact de la nourriture physique pèse, comme si la « signification » devenait le combustible de nos cellules.

         Car c'est bien dans la vie cellulaire, l'infiniment petit, le microcosme que nous devons chercher les réponses essentielles que le macrocosme nous suggère par ses questions. Comment, pourquoi ? face à ces merveilles, l'être humain trop souvent, se réduit à tant de bassesses. Et si nous admettons que le Sage, le créateur, le pourfendeur d'inégalités, le Serviteur était simplement la preuve vivante des effets de la maîtrise de l'inférieur par le Supérieur acquise au cours de longs cycles d’existence…

 

         On comprendra aisément que de tels transferts d’énergie ne peuvent s’effectuer sans conséquence sur les niveaux inférieurs, causant des répercussions parfois dramatiques dans les premiers stades mais vite atténués par la compréhension des phénomènes.

         Essayons donc d’approcher le mécanisme de fonctionnement énergétique d’un être humain afin de mieux appréhender notre existence.

* * *

         Nous ne pouvons parler de fonctionnement énergétique sans faire intervenir la Loi d'Attraction Magnétique, reliée à ce que l'on appelle le second Rayon d'Amour-Sagesse, à la base de la vie même de notre système solaire donc de toute existence sur notre planète. Loi toute puissante particulièrement sur les niveaux supra-mentaux ou animiques encore appelés bouddhiques ou intuitifs. C'est dans le développement et le maniement parfait de cette Loi que réside la maîtrise de la Personnalité par la Monade via l'Ame. En tant que facteur de manifestation, elle produit une action triple entre toutes les structures atomiques. Particulièrement puissante sur le plan intuitif ou supramental - appelé bouddhique dans la terminologie occulte - c'est dans le développement et le maniement parfait de celle-ci que réside la maîtrise de la personnalité, par la Monade via l'Ame. Un adepte ou humain accompli, est celui qui par cette Loi fonctionne sur le plan bouddhique avec pour conséquence la maîtrise magnétique parfaite des trois niveaux inférieurs que sont le plan physique avec ses niveaux éthériques, le plan émotionnel ou affectif et le plan mental. C'est donc la Loi qui produit l'unification d'une Personnalité, la Loi d'Amour et de Lumière qui affecte les expansions de conscience.

 

         On sait qu'un être de lumière encore défini comme Sage ou Maître en Orient, est celui qui fonctionne principalement sur le plan bouddhique - appelé christique en Occident - tout en ayant acquis la « maîtrise » parfaite des trois niveaux personnels. Sous l'action de cette Loi, la force de l'évolution nous pousse à progresser par d'innombrables cycles de vie afin d'atteindre la transcendance. C'est la Loi qui gouverne le Feu produit pendant l'évolution par l'union des deux pôles. Pour l'être humain elle effectue la réalisation de la soi-conscience. C'est la Loi d'Amour qui maintien la cohérence de tout et entraîne tout vers le haut. Elle agit sur les atomes permanents dans le corps causal, affecte les expansions de conscience subies par l'être en éveil et sa faculté d'attirer à lui-même la chaîne : Ame, guide spirituel , connaissance, outil de service, groupe... et l'on se souviendra que « 9 » est la valeur énergétique de l'initiation, le nombre de l'être qui fonctionne sur le plan bouddhique.

         Dans le Traité sur le Feu Cosmique, pièce maîtresse des ouvrages d'A.A. Bailey, ont lira cette phrase essentielle : 'Avec la connaissance de la technique de l'édification des corps, en partant du causal, on peut entreprendre un développement individuel scientifique.'

         Là repose toute la nécessité d'entreprendre une étude approfondie de la constitution énergétique humaine. En effet, le Tibétain, nous précise encore que cette étude nous conduira à la compréhension de la méthode de manifestation divine, ce qui présente beaucoup d'intérêt pour le métaphysicien tout comme le scientifique.

         Il semble par exemple, que le corps éthérique tient caché le secret de son objectivité par le fait qu'il a sa correspondance sur le plan des archétypes, celui que nous nommons, le premier plan de conscience de notre système solaire, le plan Adi. Souvent appelé « mer de Feu », C'est la racine de l'Akasha ou mémoire systémique.

         Voyons maintenant plus en détail ces analogies dont la compréhension fournira matière à beaucoup d’illumination et d’élucidation de problèmes microcosmiques particulièrement.

* * *

 

 

         Le Corps Ethérique, appelé « bol d'or » dans la Bible, est souvent décrit, comme un lacis pénétré de feu, ou un réseau animé de lumière dorée. La substance éthérique pouvant en quelque sorte être appelée lumière de la matière ayant en ce sens un lien étroit avec l'électricité. Il est important de comprendre que ce réseau éthérique sert de moule au corps physique dense et de fait le conditionne. Ainsi, par le biais de la Loi d'Attraction, la matière plus dense du plan physique adhère progressivement à cette forme vitalisée jusqu'à ce que l'interpénétration soit si complète que les deux formes ne constituent plus qu'une seule unité.

         On comprendra que les émanations praniques - nom que l'on donne à cette électricité véhiculée sur le plan éthérique - jouent sur le corps physique dense de la même manière que les émanations praniques du Soleil jouent sur l'ensemble des corps de notre système. Il s'agit d'un vaste système de transmission et d'interdépendance à l'intérieur du système. Tous reçoivent afin de donner ce qui est supérieur au moins évolué. Ce processus existe sur tous les plans.

         Ainsi, le corps éthérique représente le plan archétypal par rapport au corps physique dense, tout comme le Penseur - que tout être humain est en définitive - sur son propre plan, se trouve placé par rapport au plan physique, comme le Logos solaire par rapport à son système.

 

         Les écrits du Tibétain précisent encore concernant le corps éthérique qu'il est un réseau de fins canaux entrelacés, constitué de la matière des quatre éthers et agencés selon une forme spécifique. C'est un point focal pour des émanations radiantes qui au fil de l'évolution vivifieront et produiront des mouvements rotatoires de plus en plus complexes, que l'on retrouve dans l'accroissement d'activités des centres de force ou chakras. Intensification d'énergie qui s'accompagne toujours d'une période d'adaptation, souvent cause de douleurs physiques liées aux centres les plus perturbés ou actifs.

         On se souviendra que ce réseau éthérique, durant l'incarnation forme une barrière entre le plan physique dense et les niveaux émotionnels qui ne peuvent être transcendés que lorsque la conscience est suffisamment développée pour lui permettre de s'échapper.

         Ainsi, quant un être, par la méditation et la concentration a développé sa conscience jusqu'à un certain point, il lui est possible d'y inclure les plans plus subtils et de s'échapper au- delà des limites du réseau de séparation.

         A ce stade de l'exposé, on étudiera avec attention le schéma de la constitution énergétique suivant afin d'y voir un peu plus clair dans ce système certes très complexe mais au combien prometteur pour notre devenir. (cf. schéma de la constitution énergétique humaine en fin de document)

         Si dans le système solaire, l'organe du prana cosmique est le Soleil central, si dans la planète l'organe similaire de réception est en relation avec la position des deux pôles et le centre autour duquel le globe tourne ; chez l'humain, l'organe de réception est la rate par l'intermédiaire de sa contrepartie éthérique après distribution dans tout le corps via le réseau éthérique, le prana se manifeste par la radiation de surface en tant qu'aura de santé..

         Cette aura de santé est elle-même subordonnées aux Feux internes du système, de la planète ou d'un être humain. on dit qu'ils sont triples :

         a. Feu intérieur au centre de toute sphère, y compris atomique ou brasier interne qui produisent la chaleur, c'est le Feu latent.

         b. Feu irradiant, décrit en terme d'électricité du plan physique comme rayons lumineux, énergie éthétique, C'est le Feu actif.

         c. Feu essentiel, appelé traditionnellement «élémentals du Feu » qui sont eux-mêmes l'Essence du Feu principalement divisée en deux groupes - dévas du Feu - ou entités évolutives et - élémentals du Feu - ou entités involutives. L'ensemble des groupes étant sous contrôle de ce que la Tradition ésotérique appelle Seigneur du Feu ou « Agni ».

 

         Il découle de ces faits que le Feu humain latent, la chaleur interne du corps humain, cause la production d'autres formes de vie, telles que :

         1. les cellules du corps physique.

         2- les organismes nourris par le Feu latent,

         3. la reproduction de soi-même et d'autres formes humaines, base de la fonction sexuelle,

         On fera ici une nette distinction entre cette radiation du corps éthérique, qui est pranique et le magnétisme qui est l'émanation d'un plan plus subtil - dans la plupart des cas le corps émotionnel - et lié à la manifestation de la Flamme Divine dans les véhicules matériels. Le magnétisme est en lien avec les plans, affectifs, intuitifs et monadiques eux mêmes liés à la ligne de Rayons 2/4/6, à l'inverse de l'énergie électrique.

         La radiation du corps éthérique est conditionnée essentiellement par des liens énergétiques triangulaires et particulièrement par « le triangle de réception énergétique primaire » constitué de la rate et des deux centres mineurs situés sous les omoplates. Il est dit que l'énergie cosmique y circule trois fois avant d'être distribuée à l'ensemble des autres centres.

         Or, la radiation est la transmutation en cours d'accomplissement, c'est le passage d'un état à un autre par le moyen du Feu. La radiation est la transmutation de l'essence afin qu'elle puisse chercher un nouveau centre, ce processus correspond à la radio-activité telle qu'on la comprend techniquement et s'applique à tous les corps atomiques sans exception. Elle concerne la vie de l'atome et gît cachée dans la connaissance des lois gouvernant la radioactivité.. C'est seulement parvenu à la conscience humaine qu'un être peut aider à la transmutation de son propre centre atomique positif vers les plans spirituels, c'est à dire, provoquer l'individualisation de manière consciente et précise.

         On soulignera néanmoins le réel danger résidant dans le fait que toute la question de la transmutation est liée à la forme matérielle et à la substance dévique. L'humain, n'étant même pas encore maître de la substance de ses propres véhicules et n'ayant pas le contrôle vibratoire du troisième aspect, court des risques lorsqu'il concentre son attention sur le non-soi. Ceci ne peut se faire - selon les écrits ésotériques - en toute sécurité que lorsque l'on reconnaît les facteurs suivants : la nature de l'atome ; la note-clé des plans ; la manière de travailler à partir du niveau animique et en pleine conscience ; la connaissance des sons et formules de protection ; l'effort purement altruiste ; l'interaction des trois feux et le secret de la vibration électrique.

         Bien que nous ne pouvons entrer, par le cadre de cet article, dans les détails, on notera l'importance de l'aspect trinitaire de toute constitution, aspect que l'on retrouve dans la notion établie des trois fils de conscience.

         Il est dit en effet que nous sommes reliés aux plans de conscience supérieurs par trois canaux principaux :

         a. le fil de Vie ou Sutratma, relié au coeur et provenant de la Monade,

         b. le fil de Conscience, relié à la tête en provenance de la Triade spirituelle ou Ame,

         c. le fil Créateur, créé par la Personnalité intégrée et relié à la gorge.

         Il semblerait que ces trois liens soient de nature à contrôler l'intensité de tous nos champs de conscience tout comme le départ ou l'arrivée dans une incarnation particulière. Il est par exemple précisé que la perte de conscience lors d'une syncope par exemple est en relation avec une faiblesse de fixation du dit ‘fil de conscience’, de même pour les états médiumniques ou l'on observe en fait une perte momentanée de ce fil. Cependant, si la faiblesse de ce dernier n'abrège pas la vie, il n'en est pas de même pour le « fil de Vie » don on dit que la coupure entraîne une mort irrémédiable.

         Quant-au ‘Fil créateur’, son existence même est subordonnée au degré d'intégration d'une Personnalité considérée car il ne peut-être créé qu’en pleine conscience.

 

         Je ne saurai trop recommander à nouveau l'étude attentive du Traité sur le Feu Cosmique d'A.A. Bailey, nous y trouvons les références les plus sérieuses concernant la constitution occulte humaine, notamment sur les centres de force, le lien entre la rate, la colonne vertébrale et la santé, les règnes angéliques et leur relation avec le corps éthérique, et surtout un point d'importance capital pour notre sujet, l'évolution de la spirille et de l'atome permanent aboutissant à l'ouverture du « Lotus Egoïque » véritable point de concentration de notre identité incarnée.

         Il y est indiqué, que la constitution de chaque plan de conscience est basée sur l'information contenue dans les atomes permanents dont on trouvera ci-dessous une représentation imagée. C'est la Loi d'attraction qui agit particulièrement sur les atomes permanents du corps Causal ou bouddhique et contribue particulière à placer ces derniers. Sur ce plan, les atomes forment un triangle à l'intérieur duquel se trouve une petite flamme de lumière qui émet 7 rayons conditionnant les atomes au fur et à mesure de l'évolution de l'individu. Chacun de ces atomes correspond à un plan matériel. Ce sont l'atome physique, l'atome astral et l'atome mental appelés : « permanents » car demeurant tout au long des cycles d'existence. Chez un homme primitif, la flamme est à peine perceptible, pour devenir un vrai « buisson ardent » à la fin de l'évolution humaine. Ainsi, par la méditation et le retrait intérieur dé la conscience le « feu » se transmet ainsi à tous les corps. On comprend donc que la polarisation se déplace en plusieurs étapes allant de la Personnalité à l'Ame. Ainsi, lorsque l'on parle de réincarnation c'est de ces trois atomes qu'il s'agit. Ce sont en effet eux qui à la transition humaine récupèrent toute la substance et l'expérience du plan qui lui correspond. A la naissance, l'atome mémoire rend cette substance et recrée un organisme et une Personnalité. Tout cela se fait selon la Loi de Cause à effet - ou rétribution - car l'atome permanent est l'agent karmique imposé à l'entité qui se réincarne.

(Voir représentation d’un atome permanent en fin de document)

         Je vous conseille pour plus de renseignement sur le sujet, l'excellent travail de recherche effectué par Michel Coquet dans son livre : « Kundalini, le yoga du feu » aux éditions Dervy.

* * *

 

         En guise de conclusion provisoire…

         Les théories psycho-analytiques de la psychologie classique axée sur le comportement extérieur, bien qu'indiquant un progrès, vont encore dans la mauvaise direction et peuvent se montrer désastreuses pour le développement supérieur de l'humanité à moins que la véritable nature de la « psyché » ne soit élucidée. Quand l'esprit public aura compris les faits suivants, la tendance de l'éducation populaire, l'objet de la science politique et le but de l'effort économique et social prendront selon le Tibétain, une direction nouvelle et meilleure.

         Le but du thérapeute sera de trouver ce qui dans la vie du patient empêche la manifestation de l’énergie animique, de découvrir à quelle ligne de pensée il se laisse aller causant l'inertie de l'aspect volonté, de vérifier ce qui dans son corps émotionnel affecte le système nerveux et ainsi obstrue le flot d'énergie issu des pétales d'amour du lotus égoïque dirigé via l'atome permanent via le corps affectif puis de là vers le système nerveux. De découvrir quel est l'obstacle dans le corps éthérique qui empêche le flot normal de vitalité d'irriguer toutes les parties du corps.

         Il est donc essentiel que les médecins comprennent que la maladie du corps physique dépend des mauvaises conditions intérieures. Cette question restera théorie tant que la vraie nature de l'Ame, sa constitution, ses pouvoirs et son champ d'influence ne seront pas dûment compris. Hors il semblerait que cette révélation viendra lorsque le monde médical acceptera cet enseignement comme hypothèse de travail et commencera à noter par exemple les pouvoirs d'endurance dont font preuves les grandes âmes de la Terre et leurs facultés de travailler sous pression en demeurant pratiquement exemptes de maladies jusqu'à la fin d'une longue vie.

         Elle viendra également lorsque l'on se concentrera sur l'action préventive, substituant le soleil, un régime non carné et l'application des lois de vibration magnétiques à l’actuel régime de médicaments et d'opérations chirurgicales. Quant les médecins apprendront ce qu’est la nature du corps éthérique et le travail de la rate en tant que point focal des émanations praniques. Quant enfin, l'on comprendra l'influence des émotions sur le système nerveux, quant on aura établi  comme un fait la relation entre corps physique dense et corps subtils, on comprendra mieux le traitement de la folie, des obsessions et des mauvaises conditions mentales

         Il est donc urgent, que les courants psychologiques reconnaissent dans leur ensemble les postulats suivants :

         * l'être humain est d'essence divine, fragment du mental universel ou « Anima-Mundi ». ceci sera de nature à entraîner une manifestation consciente de la continuité de conscience et de nos liens subjectifs avec l'ensemble du genre humain et autres règnes de la nature qui est l'objet de l'évolution à l'heure actuelle. Il s'en suivra une solution par la connaissance, l'amour et le sacrifice de tous les problèmes actuels. Cela doit conduire à l’éducation du public quant-à la nature humaine, au développement de ses capacités latentes de nature à le libérer de ses limitations actuelles et à entraîner le rejet collectif des conditions présentes.

         * l'être humain, dans sa nature inférieure et dans sa Personnalité triple est un « assemblage » de vies mineures qui dépendent de lui ... On parlera ici du concept en vogue depuis quelques années de la «conscience des cellules». La Sagesse Antique, présente en effet chaque cellule comme un soleil relié au Soleil spirituel central. Chacun ayant conscience de son travail spécifique montrant que leur similarité ne les conduit pas pour autant à effectuer le même travail mais des tâches spécifiques en fonction de leur situation dans un corps - ainsi les cellules de la mains ne reproduiront pas les mêmes structures que celles du pied -. Il devient important, urgent d'écouter le son de l'univers dans notre corps. Il est tragique pour ce dernier que nous n'entendions pas la voix vivante des «autres en nous», lorsqu'ils nous demandent de nous reposer par exemple.

         Le corps n'est peut-être pas destiné à l'usage que nous en faisons, nous le considérons comme une propriété privée et nous le traitons comme bon nous semble, de manière égoïste ce qui nous conduit d'ailleurs à faire de même avec la nature. Or comment rayonner l'Amour, si nous sommes incapables d'aimer notre corps, cet instrument divin du rayonnement. Et si le corps n'était autre qu'Amour devenu Matière ?

         Quand ces faits seront admis, nous aurons une compréhension saine et juste de l'existence, propre à établir de Justes Relations Humaines. Comme on peut le lire dans « Dialogues avec l'Ange » de G. Mallaz:

         « Tout notre corps n'est que notre pensée impalpable ! Brisons les chaînes de notre pensée et nous nous ouvrirons comme un Lys. »

         « La parole divine au corps est l'instinct. La parole divine à l'Ame est l'intuition. Celui qui n'écoute que l'instinct devient comme un animal sain. Celui qui n'écoute que l'intuition devient un nerveux déséquilibré. Celui qui écoute les deux devient l'humain nouveau dont le corps est matière-lumière »

 

Avril 1996

(Publié en 96 dans le bulletin de l’AIEV et en Juin 2001 dans le bulletin d’Essence)

Thierry BECOURT

 

7. CYCLES & ERES : entre mythes et réalités.

 
Des Ères védantiques au calendrier maya, de l’âge d’or à l’âge du Verseau, de l’apocalypse au Bugarach Retrouver le chemin de la raison et de la sérénité 

Certes la Terre est malade mais le malade n’en mourra pas. 

 

Faites peur & vous contrôlerez l’humanité.

 

Plusieurs prédictions annoncent de grands changements, voire la fin des temps, pour le 21 décembre 2012, date supposée de la fin d'un cycle du compte long du calendrier maya parfois interprété de manière erronée comme la fin de ce calendrier, et donc comme une prédiction de fin du monde. D'autres annoncent la date du 12 décembre 2012 (et d'autres auteurs, encore, évoquent une erreur de calcul qui déplacerait la date au 28 octobre 2011 ou même en 2220).

 

C'est José Arguelles qui a émis le premier cette hypothèse dans son livre Le Facteur maya (1987), qui reçut une grande promotion à la convergeance harmonique de 1987. Cette théorie a ensuite été popularisée par les courantsNew-Age, le secteur du tourisme lié à la civilisation Maya et certaines œuvres de fiction.

Historiquement, des prédictions de la fin du monde ont toujours existé sans qu'elles ne se soient jamais accomplies. Il suffit de poser la question 'prédictions de fin du monde' sur Internet pour se convaincrequ’il y a là un beau marché de la peur que bon nombre d’individus plus ou moins conscients savent pertinemment exploiter à leur profit. .

Le scénario du film de Roland Emmerich «2012» est fondé sur cette prédiction de la fin du monde. Le lancement de ce film fut accompagné d'un marketing Viral intensif basé sur l'édition du site internet d'un institut scientifique fictif (The Institut for Human Continuity) appuyant ce mythe ; ce type de publicité, souligne Morrison, renforce la diffusion des théories à propos de Nibiru et de la fin du monde en 2012, malgré le travail des « debunkers » qui démontrent leur caractère pseudo-scientifique.

Le dernier épisode de la série TV de science-fiction X-Files 'The Truth' s'est inspiré de ces idées : on y voit le mystérieux « homme à la cigarette » annoncer à l'agent Mulder que des extra-terrestres coloniseront la Terre le 21 décembre 2012.

 

 

Sur le plan de notre situation relative d’être humain et histoire de remettre l’église au centre du village, si vous me pardonner l’expression, le calendrier cosmique établi par Carl Sagan, qui ramène la naissance du Big-bang de 15 Ma à 1 année, est très éclairant :

Naissance le 1er Janvier. Notre planète âgée d’environ 5 Ma, ferait son apparition vers la mi-septembre. La première cellule vivante voit le jour vers la mi-novembre. Les humains se dressent dans la dernière demi-heure de la nuit du 31 décembre. Les hommes de Neandertal ne se trouvent que dans les 15 dernières secondes de l’année.

Donc, il a fallu une année pour passer de la conscience de la matière à la conscience de l’homme de Cro-Magnon, alors qu’il a suffit de 15’’ soit analogiquement 18 Ma pour passer de Cro-Magnon à la conscience actuelle.

 

Mille ans avant notre ère les Védas en parlaient & dans un passé encore plus lointain l’Ancien Commentaire source des stances de Dzyan extraits des livres du Kiu-té, enseignement secret du Bouddhisme Ésotérique sur lesquels s’appuie la Doctrine Secrète de HPB et AAB.


 

 

La précession des équinoxes à l’origine des cycles

 

L'axe de la Terre décrit la surface d'un cône ou « entonnoir » à la manière d'une toupie. Ce mouvement aboutit à déplacer l'orientation du pôle Nord parmi les étoiles, en sorte que, au fil des siècles, nous changeons d'étoile polaire. Ce mouvement de l'axe des pôles terrestres entraîne avec lui celui de l'équateur, et de ce fait, le point-vernal, ou point équinoxial, précède chaque année sa position antérieure sur l'équateur par rapport à l'écliptique. Pour cette raison ce mouvement est appelé précession des équinoxes. Le point équinoxial effectue de la sorte à reculons un tour complet de l'écliptique en plus ou moins 26 000 années et l'axe de la Terre décrit en ce même temps un cône complet.

La valeur astronomique actuelle du déplacement est de 50.290966" par an, soit environ 1° pour 72 ans.

Soit :  72 ans * 30° par signe = 2 160 ans – Ere Zodiacale

Et 2 160 ans * par 12 signes = 25 920 ans – Ere Cosmique

 

 

« L’Ère du Verseau »  est l’une des 12 ères d’un Grand Cycle Spirituel de l’Humanité déterminé par le phénomène astronomique de la « Précession des équinoxes ». Celui-ci est provoqué par le mouvement de « toupie » de l’axe de rotation de notre terre dans un cycle de l’ordre de 26.000 ans. Comme tous les Cycles, celui-ci, peut être découpé en 12 secteurs, égaux ou inégaux ; ces 12 secteurs constituent un Zodiaque.

Celui-ci peut-être parcouru dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens inverse, selon la nature du Cycle.

Dans le cas des ères  zodiacales qui nous occupe ici, la succession de celles-ci se produit dans le sens des aiguilles de la montre conformément au schéma de principe ci-après (Revue Atlantis N° 338 p.83), les ères n’étant cependant pas de durées égales dans la réalité :

L’Ère du VERSEAU  fait donc suite à l’Ère des POISSONS dont nous vivons présentement la fin qui, comme toutes les fins de Cycle est pleine d’embûches. D’où, à coup sûr, l’emploi déformé, voire fautif, du qualificatif  « Apocalyptique »  pour désigner des catastrophes ; alors que apocalypse signifie révélation donc « connaissances nouvelles », donc extention du champ de conscience et développement de soi.
Pour le présent propos, l’essentiel est de prendre conscience de l’existence de ce renouveau en gestation, afin de trouver des sources d’ESPERANCE et de FOI en l’avenir. Car rien n’est plus perturbateur de la Santé du Corps, de l’Âme, de notre Vie mentale et relationnelle, que la désespérance.
Peu importent ici les détails du futur, sans que nous sous-estimions l’attraction morbide des lectures de « bonne aventure » et les chiffres d’affaires pharaoniques qu’ils produisent. L’essentiel du Cycle nouveau est qu’il est porteur d’un renouvellement des formes religieuses et/ou philosophiques, phénomène que l’Humanité a déjà vécu dans des périodes anciennes, comme, par exemple, le passage de l’Égypte Ancienne à l’Hébraïsme ou le passage du Judaïsme au Christianisme. 
La succession des ères processionnelles, dites aussi Zodiacales, est reconnaissable par les symboles qui les ont marquées. En voici quelques exemples :
- Les statues de Vierges-Mères souvent de factures très primitives (14 000 ans)
- Les Sphinx à corps de LION dans l’Ancienne Égypte (soit plus de 12 000 ans)
- Les scarabées égyptiens transformés ensuite en ÉCREVISSES ( Lame de la "Lune" des Tarots) appelées aussi CANCER
- Les jumeaux ou GÉMAUX Castor et Pollux, par exemple
- Le TAUREAU Apis, la Vache Hator, Mithra les vaches sacrées en Inde, jusqu’aux traces demeurées de nos jours dans la tauromachie
- Les allées bordées de BÉLIERS devant certains temples égyptiens plus récents (judaïsme)
- Le symbole des POISSONS associé à la naissance du Christianisme où l’EAU des lacs, des sources, des rivières et du baptême a toute son importance. (plus de 2 000 ans)

Le nom VERSEAU tire son origine du « Verse- Eau » ou « Échanson des dieux » assimilé à GILGAMESH dans les anciennes mythologies. Il est représenté comme tenant  un lion sous son bras gauche.
Or
Chaque Signe de la division zodiacale possède son vis-à-vis, opposé et complémentaire avec lequel il constitue un couple. Le « compagnon »  du Verseau est précisément le LION. Le Verseau associé à l’AIR, nourrit en quelque sorte le Lion, associé au FEU. D’où l’intérêt d’accorder un intérêt grandissant au SPHINX et à son corps de LION, en particulier celui du plateau de Gizeh, dont il fut le gardien plusieurs siècles dès avant la construction des Pyramides.

 

 



L'hypothèse de l'inversion des champ magnétiques :

Une inversion du champ magnétique de la Terre est parmi les hypothèses les plus répandues pour la forme que prendra ce « cataclysme ».

Elle n'est cependant pas crédible d'un point de vue scientifique, car les modifications du champ magnétique sont lentes et largement observables à l'avance. En effet, si le champ magnétique a tendance à diminuer, depuis les derniers siècles et millénaires, et si une future inversion était à prévoir, ce serait plutôt vers l'an 4000, la dernière ayant eu lieu il y a près de 780 000 ans.

Roland Emmerich, dans son film 2012, développe cette l'hypothèse, sans aucun fondement scientifique, pouvant être provoquée par une dérive de la croute terrestrre causée par le réchauffement du noyau de la Terre lui-même dû à une augmentation du flux de neutrinos en provenance du Soleil en 2009 et qui, contrairement à ce qui a été constaté scientifiquement jusqu'à présent, se mettraient à interagir avec le noyau de la Terre comme des micro-ondes. Dans le film, cette dérive occasionne le 21 décembre 2012 des séismes et des tsunamis d'une ampleur inouïe.





L'hypothèse de l'Alignements de planètes :

 

D'autres prétendent que l'on assistera à un alignement des planètes, censé avoir des conséquences catastrophiques pour la Terre. Dans la plupart des cas, les hypothèses « planétaires » ou spatiales, énoncées la plupart à l'origine par Zecharia Sitchin, mentionnent la planète hypothétique Nibiru, ou Marduk. David Morrison, scientifique de la NAI (institut d'astrobiologie de la NASA), a répondu à ces inquiétudes sur le site de la NAI, en démontant un par un les arguments énoncés par ceux qui soutiennent l'existence de cette planète, pour démontrer que Nibiru est clairement un mythe ; il qualifie les publications de Zecharia Sitchin de pure fiction, l'évocation d'une planète proche mais invisible étant « complètement ridicule », et il indique qu'il n'y aura aucun alignement particulier de planètes en 2012, comme le montrent les calculs d'éphémérides de la NASA. Il encourage ceux qui accuseraient la NASA de cacher l'existence de Nibiru à la vérifier eux-mêmes.

 

De plus, aucun alignement planétaire d'aucune sorte, aussi remarquable soit-il, ne pourrait provoquer des effets spectaculaires, ou même décelables sur Terre, les effets de marée des planètes étant insignifiants sur Terre.

Les prédictions parlent également d'un alignement Terre-Soleil avec le centre de notre Galaxie, mais ce phénomène n'est pas exclusif à 2012 ; en effet, l'alignement a lieu deux fois par an, et dans cet ordre-là en décembre, en raison de la révolution de la Terre. Pour que l'alignement ait lieu au cours de la révolution, il suffit que le centre galactique soit inclus dans le plan de rotation de la Terre autour du Solei — c'est en 1998 que l'alignement était le plus précis.


A PROPOS DES 4 ERES VEDANTIQUES…

Est-ce vraiment l’âge d’or aujourd’hui ?

(Voici ce qu’en dit la Doctrine Secrète)

 

Attention au vertige …

 

* * *

 

Le nombre d'années sidérales contenues dans les différentes périodes sont :

 

Année de vie mortelle

360 jours de vie mortelle font une année

Krita Yuga (âge d’or) contient

1.728.000 années humaines

Treta Yuga contient

1.296.000 années humaines

Dwapara Yuga

864.000 années humaines

Kali Yuga

432.000 années humaines

Maha-Yuga : totalité de ces quatre Yugas

4.320.000 années humaines

Règne d'un Manu : soixante et onze Maha-Yugas

306.720.000 années humaines

Règne de 14 Manus embrasse une durée de 994 Maha-Yugas

4.294.080.000 années humaines

Sandhies, intervalle entre le règne de chaque Manu,

correspondant  à 6 Maha-Yugas

25.920.000 années humaines

 

Kalpa : un jour de Brahma soit total de ces Règnes et interrègnes de 14 Manus est de 1000 Maha-Yugas.

Intervalle de temps entre une conjonction de toutes les planètes sur l'horizon de Lanka, à zéro degré du Bélier et la conjonction identique suivante.

4.320.000.000 années humaines

 

Un jour et une nuit de Brahma

8.640.000.000 années humaines

Une année de Brahma : 360 de ces jours et de ces nuits

3.110.400.000.000 années humaines

Maha Kalpa : 100 de ces années constituent une ère de Brahma

311.040.000.000.000 années humaines

 

"Un jour de cette longue vie de Brahma est appelée Kalpa : et l'autorité d'un Manu s'exerce pendant soixante et onze Maha Yugas – chaque Maha Yuga consiste en quatre Yugas, à savoir, le Krita, Treta, Dwapara et Kali Yuga ; et la longueur de ces quatre Yugas est respectivement comme les nombres, 4, 3, 2 et 1.



L'hypothèse du calendrier Maya ou l'origine de la désinformation :

 

Certains partisans de la théorie affirment que le ‘compte long’ maya se termine le vendredi 21 décembre 2012. Cependant, cette date ne correspond qu'à la fin d'un cycle commencé, le 11 août 3114 avant Jésus-Christ, à la fin duquel le temps n'est pas censé s'arrêter. En effet, aucune source maya n'annonce une quelconque destruction, ni de l'univers ni de l'humanité, à la fin de ce cycle; la seule inscription qui fait peut-être référence à cette date, extraite du monument 6 de Tortuguero, n'est pas entièrement lisible et son interprétation n'est pas claire. De plus, le début de ce cycle ne correspond pas non plus à la date de la création du monde pour les Mayas, puisque certains textes mythologiques font référence à des dates antérieures.

 

Voici l’Information transmise par Chantal Kaan porte-parole de Don Gerardo Kanek Barrios en terre occidentale.

 

En sortant du territoire Maya, nous nous sommes étonnés d’avoir trouvé dans le monde occidental de l'information sur un calendrier supposé Maya qui malheureusement n'a rien à voir avec la dite Tradition...

Ce calendrier contient une série d'erreurs au sujet de cette tradition mystique ainsi qu’un déphasage total sur le temps Maya.

 

"La contrariété est à l'égard d’un calendrier étranger au monde Maya ; nous avons minutieusement enquêté sur son origine et maintenant nous savons que tout a commencé simultanément avec le processus de l'invasion occidentale dans les terres d'Amérique avec les troupes d’envahisseurs est arrivée l'obscurantisme du fanatisme inquisiteur avec la venue d'un de ses meneurs

 

Fray Diego de Landa ; malheureusement, le fanatisme religieux et une pensée obscurantiste s’étaient emparé des religions, qui dans ce temps-là, étaient professées en occident ; elles sont arrivées avec toute leur charge de préjudices et leur vision étroite qui percevait dans tous les actes indigènes péchés et démons;

 

De Landa a demandé à voyager en Mésoamerica pour s'acquitter de sa mission néfaste : celle-ci consistait à détruire et à brûler tout ce qui était considéré comme satanique ; avec cette tâche, il a réalisé la plus sinistre de ses actions, dont l’ampleur est seulement comparable à l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie : cela consistait à la destruction des monuments, ainsi qu’à la réalisation d’un feu, lequel brûla pendant des semaines ; le combustible était des milliers d’écrits, de codex mayas ainsi que plusieurs leaders et sages indigènes; les grands prophètes et visionnaires du monde Maya, ont pu anticiper cela, spécialement Tekumanchu, ils avaient annoncé ces événements comme faisant partie du cycle B'ELEJEB TIKU, le cycle de la neuvième obscurité, lequel prévoyait cette triste étape ; de plus il mentionnait que c'était un processus inévitable.

 

Avec cela, il annonçait à l'époque les régions qui allaient subir le plus le processus d’envahissement, ce qui a permis de prendre certaines mesures de précaution, spécifiquement dans deux des quatre zones dans lesquelles vivait le peuple Mayab :

 

dans la région nord-atlantique où l’invasion était sous le commandement de Francisco de Montejo ; dans la zone sud-pacifique que commandait Pierre de Alvarado, laissant la région presque intacte du Peten, une forêt tropicale inaccessible, un centre de grandes villes et de pyramides, et l’Altiplano, le haut plateau guatémaltèque, la matrice du Monde Maya qui a toujours été la plus importante de ses régions.

Dans l'aire nord-atlantique est arrivé le plus gros de l'invasion et de l’inquisition, mais grâce à la prévention des grands prophètes Mayas cela a pu être préparé ; quand l'invasion est arrivée le plus important avait été “démantelé” au préalable les grands sages du lieu avaient été transféré dans des zones plus sûres de la forêt, les hautes montagnes, au Honduras et à Paxil.

 

Une fois finie cette première étape connue comme "le sentier des épreuves", on a pu en déduire que les conséquences n'ont pas été si négatives, ce qui démontre la permanence, le maintien jusqu'à aujourd'hui du peuple Maya.

 

Cependant, le prêtre inquisiteur qui avait réalisé dans les zones prévues sa mission néfaste, croyait sa tâche accomplie; il est rentré en Espagne, pour demander une rétribution pour ce qu'il considérait comme un service à la couronne et à l'église ; cependant, le roi Charles V lui a demandé de retourner dans les régions Maya pour reconstituer l'information supposée détruite.

 

Avec sa vision d’inquisiteur, il a essayé d'obtenir des données, dans leur grande majorité fausses ; il s’est basé sur celles-ci pour écrire son œuvre "Relation de la conquête du Yucatan", dans laquelle sont consignées ses données erronées sur 3 des 20 calendriers Mayas ;

 

Il résulte une chose surprenante dans la postérité de cette information déviée : elle a été prise en compte par les premiers archéologues, qui l'ont convertie en loi, et ce, jusqu'à Monsieur Arguelles, qui au XXe siècle, l'a prise pour créer son supposé calendrier maya – galactique.

 

Évidemment ce calendrier est en tous points de vue, éloigné de la réalité du Cholq'ij sacré, le calendrier du peuple Maya; ce calendrier avec ses 20 énergies utilise le nombre 20, que représente complètement le winaq (mot maya qui signifie 20 et aussi simultanément veut dire : homme) se référant aux 10 doigts des mains qui s'accouplent aux 10 énergies cosmiques, et les 10 doigts des pieds qui manient la connexion vers les 10 énergies telluriques;

 

À leur tour, celles-ci se complètent avec les 20 jours du calendrier sacré, avec la gradation de ces 20 énergies et leurs 13 niveaux de potentialisation ; de là il résulte, les 260 jours sacrés, qui justifient davantage la nature humaine du Choql'ij .

 

Car 260 plus 13 jours correspondent aux 9 mois de la gestation humaine ; c’est une claire référence au temps de gestation de l'être humain.

 

Dans le monde Maya, divers calendriers galactiques sont connus comme le Choltun et le Nima q'ij, ainsi que d'autres calendriers ayant une relation avec les cycles du système solaire et en corrélation avec notre galaxie et d’autres que nous considérons divins en relation avec d'autres univers;

 

Ce n’est pas non plus un calendrier lunaire, car pour cela nous “comptons” avec le calendrier Ik'tun qui est en relation avec les cycles lunaires.

 

Ce qui est clair c’est que la totalité des nations Mayas, principalement les Mayas “parlants”, fonctionne avec les mêmes cycles du calendrier. Nous sommes tous clairs et fonctionnons avec l'utilisation du Cholq'ij, son temps et les énergies qu'il “manie”, ce qui est cohérent avec le cosmovision de toute la population Maya ;

 

Cette sagesse est un héritage millénaire qui s’enseigne depuis le plus jeune âge ; nous l’utilisons dans notre vie personnelle et communautaire, en lien étroit avec les cycles de notre histoire.

 

On peut vérifier sa véracité à travers des codex que connaît le monde occidental, ainsi que ceux qui sont gardés dans nos communautés et dans les Chilam Balam ; certains de ces documents sont écrits dans les idiomes Mayas avec l'écriture occidentale ; il en existe 20 dans le territoire Maya du Mexique et 80 dans le territoire Maya du Guatemala.

 

De même nos données se confirment avec celles des chroniqueurs espagnols qui accompagnaient les conquistadors aux 16e et 17e siècles.

 

L'unique erreur est le calendrier galactique non-maya du nord-américain Arguelles qui, malheureusement, s'est basé sur les pauvres données erronées de Landa, qui est un mélange avec l'Chin, la tradition orientale que nous respectons, mais qui n'est pas, non plus, Maya.

 

Ce calendrier, que Monsieur Arguelles a essayé de soutenir, même avec un rapprochement tardif avec des personnes Mayas à qui il a offert son livre, celui-ci en a déduit que le fait d’offrir son livre impliquait une validation par là même….

 

La tradition Maya est un processus millénaire qui aide à porter des expériences, une sagesse ;

 

Ces 15 millions de Mayas résidant en Mésoamerica méritent le respect; sans aucun doute, une personne étrangère au peuple Maya ne peut pas prétendre mélanger le calendrier du prêtre inquisiteur avec la mystique et la tradition de tout un peuple millénaire.

 

Ce qui consiste à dire, que, si Monsieur Arguelles, avec un peu d’ouverture d’esprit et de cœur, reconnaissait les failles et les erreurs utilisées qui empêchent d’utiliser le temps correct et les énergies dans leurs formes adéquates, et, si nous sommes d'accord que le calendrier occidental (grégorien) est déphasé, la solution n'est pas de proposer un autre calendrier également déphasé.

 

Le calendrier du peuple Maya est réel et c’est une véritable tradition, que nous suivons et continuerons de suivre car c'est par cela que nous sommes vivants ! et avec les Nima Ajq'ij les grands guides spirituels nous disons :

“nous avons été ceux d'hier, nous sommes ceux d'aujourd'hui et nous serons ceux de demain"

 

que ukux kaj y ukux ulew bendicen tu sendero que le coeur du ciel et le coeur de la terre bénissent ton chemin

chujum tetei

merci "

Chantal Kaan

***********

Chantal anime des stages sur le CHOLQ’IJ :

http://amourdelumiere.fr/annonces_bp.php?id_bp=467


 

En guise de conclusion / réflexion 

Et si tout cela était le moyen de rendre l’humanité amorphe, improductive en la maintenant dans la peur pour lui faire oublier sa divinité ?

En fait l’important n’est-il pas  ‘l’Instant Présent’ que nous retrouvons dans les écrits gnostiques sous le concept de : L’ Ici & maintenant…

Chercher à être conscient de l’instant présent, et faire le mieux possible dans cet espace compris entre l’inspiration & l’expiration.

Aimer et s’entre aider, penser positivement et  boycotter toutes les informations négatives. Faire confiance en la divinité qui est en nous et laisser les corbeaux de malheur mourir de notre indifférence.

 

En agissant ainsi, nous ferons nous mêmes naître une catastrophe pour les forces de l’ombre, une fin du monde pour les  responsables du Nouvel Ordre Mondial, en déversant le « tsunami de l’amour » et en faisant ainsi triompher la Nouvelle Unité Mondiale, qui existe bien elle aussi en s’opposant à la Normalisation du ‘NOM’ cherchant simplement l’Unité dans la diversité des cultures, leur rapprochement et leur promotion bien à l’opposé de la ‘pensée unique’ que le monde de l’avoir cherche à nous imposer par la peur et l’ignorance.

 

Gardons et cultivons la joie du cœur et soyons assurés que tout est juste et que nous devons avoir confiance au Grand Architecte de l’Univers.

 

" Ayons le courage de changer ce qui doit l’être,

l’humilité d’accepter ce que nous ne pouvons changer 

et la sagesse de faire la différence entre les deux. "


 

Mme Bailey & le Tibétain

 Mme Blavatsky & la Théosophie

8. Invocations

 

La Grande Invocation:

 

Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu

Que la Lumière afflue dans la pensée humaine.

Que la Lumière descende sur la terre.

 

Du point d’Amour dans le coeur de Dieu

Que l’amour afflue dans le coeur humain.

Puise le Christ revenir sur terre.

 

Du centre où la volonté de Dieu est connue

Que le dessein guide le faible vouloir humain,

Le dessein que les Eveillés connaissent et servent.

 

Du centre que nous appelons la race humaine

Que le plan d’Amour et de Lumière s’épanouisse,

Et puisse t il sceller la porte de la demeure du mal.

 

Que Lumière, Amour et Puissance restaurent le Plan sur la terre.

 

Gayatri

 

Om Bhuh!

Om Bhuvah!

Om Savah!

Om Mahah!

Om Janah

Oh Tapah

Om Satyam

Om Tat Savitur Varenyam

Bhargo Devasya Dhimahi

Dhiyo Yo Nah Prachodayat

Om! Apo Jyoti Raso Mritam Brahma

Bhuh Bhuvah Suvah Om

Om Tat Savitur

Om Gayatri Om

 

Traduction française

 

Oh Toi, qui soutiens l’Univers

De qui toutes choses procèdent

Auquel toutes choses retournent

Dévoile nous la face du véritable Soleil Spirituel

Caché par un disque de lumière dorée,

Afin que nous puissions connaître la Vérité

Et accomplir tout notre devoir

Alors que nous cheminons vers Tes pieds sacrés.

 

Ou vue de façon plus initiatique :

 

« Etreint le Libérateur dont la Lumière stimule l’impulsion sur le plan Bouddhique de chacun »

 

Mantram de compassion

 

« Om mani pémé houng »

 

 

Invocation de l’Ange de la Présence:

 

« Je suis l’Ame, mais je suis aussi l’Amour.

Je suis avant tout la Volonté et le ferme dessein.

Ma volonté est de conduire le soi inférieur jusque dans la Lumière Divine.

Je suis cette Lumière.

Je dois donc descendre jusqu’au point où le soi intérieur attend ma venue.

Ce qui souhaite élever et ce qui crie son désir d’être soulevé sont maintenant unis...

Telle est ma volonté »

 

 

 

Mantram d’Unification

 

« Les Fils des hommes sont Un et je suis Un avec eux.

Je cherche à aimer, non à haïr.

Je cherche à servir et non à chercher le service dû.

Je cherche à guérir, non à blesser.

Puisse la souffrance apporter sa juste récompense de Lumière et d’Amour.

Puisse l’âme dominer la forme extérieure,

Et la vie, et toute circonstance,

Et révéler l’amour

Qui gît sous les évènements du temps.

Que la vision et l’intuition viennent.

Puisse le futur se révéler.

Puisse l’union intérieure triompher,

Et les divisions extérieures cesser.

Puisse l’amour prévaloir,

Et tous les hommes s’aimer. »

 


 

Que la puissance de la Vie Une afflue par le groupe de tous les serviteurs du monde,

Que l’amour de l’Ame unique caractérise la vie de tous ceux qui cherchent à aider les Grands Etres,

Puissions-nous remplir notre rôle dans l’œuvre unique

Par l’oubli de nous, l’innocuité et la parole juste.

 

 

INVOCATION  D’ASANGA

 

« Du lotus dans la tête s’élance la fleur de la béatitude.

Sa première forme est la Joie.

Du lotus dans le cœur s’élance la fleur de l’amour.

La sagesse est le premier signe qu’elle donne.

Du lotus dans la gorge émerge la fleur des formes vivantes.

Son premier signe est la compréhension du Plan.

Joie, Sagesse et le Plan.

La Joie s’installe comme un oiseau dans le cœur, et en volant il a fait son chemin de l’endroit secret dans la tête. Je suis cet oiseau de Joie. Par conséquent c’est avec joie que je sers. »

Asanga

 

 

Evocation de l’Amour:

 

L’Amour est le stimulant de notre aspiration sur le sentier!

L’Amour est la substance de notre existence dans le monde.

L’Amour est la Lumière de la liberté pour toutes les créatures.

L’Amour bat à travers l’univers en un rythme divin.

L’Amour est la conscience de Dieu

 

« Que la réalité domine chacune de mes pensées et

que la Vérité dirige ma vie. »